Alphonse Maitrepierre : « La mode est un art. Il faut mettre fin à ce faux débat.

By | September 23, 2022

A 72 heures de la présentation de sa septième collection, présentée dans le cadre de la Fashion Week de Paris, le créateur de 26 ans nous accueille dans son atelier de Pantin.

En descendant les escaliers menant à l’atelier Maitrepierre, on s’est dit qu’on surprendrait le jeune créateur au milieu du chaos – généralement quelques jours avant un défilé. Ce n’était pas le cas. Les modèles sont là – entièrement équipés ; Les machines à coudre ronronnent et les téléphones sonnent régulièrement. Alphonse Maitrepierre reste calme. Il répond à chacun en douceur tout en ajustant les porteurs d’une tenue et le volume de la musique qui fait vibrer le studio. Alors que notre échange commence, on devine la voix d’Aretha Franklin je dis une petite prière.

Alignées sur le mur perpendiculaire à son bureau se trouvent les vignettes des silhouettes qui forment le fil conducteur de sa collection, surmontées d’échantillons de tissus et des noms des mannequins qui les porteront : “C’est la deuxième fois que nous figurons sur le calendrier officiel de Paris. Nous sommes ravis et impatientsElle dit.

De Desigual à Christian Lacroix

A son agenda, ce n’est pas une, mais deux collections qu’il faut présenter. Celui de son label, lancé en 2019 quelques mois avant la pandémie de Covid-19. Puis celles qu’il aimait imaginer pour la maison espagnole Desigual. Les deux ont été assemblés selon un processus respectueux de l’environnement : “C’est cher, difficile si vous êtes une jeune marque, mais indispensable. Quant à Desigual, nous partageons ces valeurs et ensemble nous avons pu développer des procédés de finition poussés, notamment en ce qui concerne les jeans.

See also  L'heureuse apothéose de Phoebe Philo chez Céline

Avant lui, c’est le couturier Christian Lacroix qui a défendu le jeu capsule avec la maison espagnole. Connu pour avoir dépoussiéré les codes de la couture à la fin des années 1980, il est l’une des principales inspirations de l’univers Maitrepierre : « J’admire vraiment la façon dont il a donné une place à la narration dans ses collections. Son approche montre que la mode est un excellent moyen de raconter des histoires fortes et d’inspirer des rêves. La mode est un art, il faut en finir avec ce faux débat.

© Suzie & Léo

Un style unique

Après des études à La Cambre à Bruxelles et une expérience chez Jean-Paul Gaultier et Acné, Alphonse Maitrepierre fonde sa marque à seulement 23 ans, financée par le consulting chez Chanel. Les silhouettes de ses collections apparaissent rapidement dans les plus grands magazines — Vogue Italie ou le titre avant-gardiste Novembre.

Il se caractérise par la réunion de deux aspects apparemment contradictoires : la pixellisation 3D et le monde de la haute couture. Au fil des collections, il met en œuvre ce style caractéristique et devient le créateur de sacs en forme de manette de console.

See also  Quelles sont les couleurs les plus tendances cette année ?

Production respectueuse de l’environnement

En plein vol, l’épidémie de Covid-19 rebat les cartes : la marque passe à une production 100% upcycling : “Aussi par besoin financier‘ avoue-t-il, avant d’ajouter : ‘Le Covid m’a permis de réfléchir à de nouveaux procédés de fabrication et de création. J’ai pu faire deux collectes avec le service de collecte Le Relais. L’un se composait de couvertures en laine et de draps en lin.“Frau Busch oder Blume” est le titre de la collection surréaliste Floraison – ou bloom – apparaît à la fin du Covid-19 comme un hymne surréaliste défendant la créativité. “Ce n’était pas commercial, mais c’était super libérateur. Je ne savais pas ce qu’il adviendrait de la marque. Donc le but était de rêver‘ confie-t-il.

Pari réussi puisque quelques mois plus tard, il remporte le prix de la Ville de Paris pour les marques émergentes. “Je ne me vois pas faire de la mode ailleurs qu’à Paris. La scène jeunesse est pleine d’énergie. Il y a une touche de coolitude : on se sent observé et soutenu. Chaque semaine je découvre des artistes, des amis qui travaillent ensemble. J’adore le groupe KLON ou encore l’artiste Pol Taburet. Paris bouillonne”il ferme.

See also  Santé intestinale : pourquoi l'exercice est bon pour vos bactéries

Quelle est la suite pour Alphonse Maitrepierre ? “J’aimerais un jour reprendre une grande maison de couture. Par exemple, je rêve de Poiret, dont les archives sont passionnantes.” Nous dirons une petite prière