Apprendre le soccer canadien

By | November 24, 2022

Peu connu du grand public, le football canadien grimpe pourtant les échelons chaque année. «Avec trois équipes canadiennes dans la Major League Soccer (la plus importante ligue de football professionnel en Amérique du Nord, ndlr)on sent que le développement du football est en plein essor”, dit Jean-François Téotonio, journaliste sportif au quotidien francophone La presse. Forte de cet élan positif, l’équipe nationale du Canada s’apprête à donner le coup d’envoi de la deuxième Coupe du monde de son histoire contre la Belgique, mercredi 23 novembre à 20h.

“L’académie de football a investi et maintenant nous avons un vivier de jeunes joueurs intéressants, Livre de Jean-François Teotonio. Chez CF Montréal (Club d’élite canadien, ndlr)par exemple,Ils ont embauché un directeur sportif qui a voulu repenser complètement la philosophie du club. Nous pouvons donc nous attendre à voir bientôt de nouvelles générations assez intéressantes. »

Manque de “culture football”

« Si le sport de roi reste le hockey sur glacele nombre de jeunes diplômés du football est aujourd’hui plus élevé dans notre pays », explique pour sa part Marc Cassivi, journaliste et auteur de Ma coupe du monde (1). Et pour cause, le hockey nécessite d’importants moyens matériels et financiers là où le football reste accessible à tous.

See also  Football / Ligue Europa. Le missile Arnaud-Kalimuendo est prêt à relancer l'attaque rennaise

« Les investissements se sont multipliés ces dernières années. Les gymnases où les jeunes jouaient au football en hiver ont cédé la place aux stades de football en gazon artificiel. poursuit l’amateur. Cependant, ce dernier pointe un paradoxe : “Quand je vais au stade, je vois une excitation incroyable, mais je rencontre toujours quelqu’un qui explique les règles à son voisin. Nous manquons de ce qu’on appelle la « culture du football ». »

Alphonso Davies, cul gauche du Bayern Munich, Jonathan David à la tête de l’attaque lilloise ou encore Atiba Hutchinson, milieu défensif du Besiktas (une des grandes équipes d’Istanbul) sont autant de noms qui ont brillé en Europe ces derniers temps et qui attirent l’attention de l’élevage canadien. terrain. “Cela contribue à la croissance, c’est clair” estime Jean-François Téotonio. « Avant, nos rares joueurs qui jouaient en Europe étaient des remplaçants ou des supports de luxe. Maintenant, il y a aussi des superstars.” est riche en Marc Cassivi.

Un essai avant 2026

Quelles ambitions pour la compétition au Qatar ? Nous l’appelons raisonnable. “Avec un groupe composé du Maroc, de la Belgique et de la Croatie, il faut être réaliste : si on finit huitième, c’est un demi-miracle, s’amuser Jean-François Téotonio. SSi nous marquions ne serait-ce qu’un seul but, ce serait génial ! »

Mais l’objectif va au-delà de 2022. Dans quatre ans, le Canada sera l’un des pays hôtes, avec les États-Unis et le Mexique. “Nous allons au Qatar pour apprendre, observer et acquérir la science du football qui nous manque”, explique Marc Cassivi. Lors d’une interview pour le journal La presseL’entraîneur du Canada, le Britannique John Herdman, a rappelé sa mission : “Soyez prêt en 2026.”

Même si le développement du football masculin est visible depuis quelques années, il y a encore place à l’amélioration. Au Qatar, elle sera la seule sélection à ne pas porter de kit neuf. “Manque d’anticipation de la part de l’association”, argumente Jean-François Téotonio.

See also  Brest : comment Belaili s'est fait griller

Premières émulations, premières polémiques

Quatre ans, c’est aussi le temps de régler un différend financier qui entrave le bon développement du football. La fédération canadienne (Canada Soccer) et son équipe nationale masculine ont été en froid en juin 2022 en raison de problèmes de rémunération et de transparence. Insatisfaits des conditions salariales proposées, les joueurs nationaux décident alors de se mettre en grève.

Ils ont exigé des conditions équitables avec l’équipe nationale féminine en termes de gains liés aux matchs ou de pourcentage de victoires aux Coupes du monde. “La relation est tendue depuis des années. Canada Soccer manque de respect à notre équipe et sape nos efforts pour élever les normes et faire progresser le soccer au Canada. » Les joueurs l’avaient dit dans un communiqué en juin dernier.

Dans un pays où le football a longtemps appartenu aux femmes, l’équipe masculine connaît un succès de plus en plus populaire tout en connaissant aussi ses premières turbulences. Preuve d’une mutation en cours, sans doute.

See also  Le FC Séville, Valence et Villarreal ont critiqué les remarques insultantes du président espagnol de la FA et ont exigé des excuses

——–

Canada-Belgique, une opposition très déséquilibrée

En affaires depuis 1912Classement de l’équipe du Canada 41e au classement FIFA. Son adversaire du jour la Belgique, demi-finaliste du Mondial russe 2018, est à la 2e place.

Les Canucks canadiens Je n’ai rencontré les Diables Rouges qu’une seule fois. En 1989, la Belgique avait remporté ce match amical (2-0).

C’est juste elle deuxième participation par le Canada lors d’une Coupe du monde après celle de 1986. Au Mexique, le Canada a été éliminé au premier tour sans marquer de points en phase de groupes. Le pays avait notamment rencontré la France et perdu (1-0).