Boycotter la Coupe du monde au Qatar ou pas ? les fans de foot divisés

By | November 9, 2022

Boycott ou soutien ? Le dilemme divise de nombreux fans de football, tandis que l’organisateur de la Coupe du monde, le Qatar, fait l’objet de critiques, notamment sur le respect des droits de l’homme.

Je ne regarderai même pas un seul match ‘ assure ce supporter. ” Si des centaines de milliers d’entre nous le font, cela enverra peut-être le message que cela aura un impact sur le public, les sponsors et l’ensemble des affaires de la Fifa ». Une décision individuelle qui n’implique pas le groupe officiel des supporters, puisque ce dernier n’a pas voulu prendre une position collective.

Comme Fabien Bonnel, de nombreux supporters ont opté pour le boycott, notamment en Allemagne, où plusieurs groupes ultras, dont les Dortmunders, ont brandi des banderoles pour afficher leur position face au Qatar ces derniers jours.

Idem pour 3LionsPride, un groupe de supporters LGBTQ+ anglais qui ne feront pas le déplacement : ” Nous sommes censés garder le silence alors que la Fifa nous encourage à respecter une culture qui accepte les voix (…) qui vous appellent ‘événement propre sans homosexuels ni spoilers’. L’hypocrisie est dégoûtante “, a-t-il déclaré dans un communiqué.

See also  Football National 3 - Pontarlier, un gros jeu pour le FCMB

Cependant, ces convictions n’ont pas empêché le comité d’organisation de stocker et de vendre 2,89 millions de billets sur les 3,1 millions disponibles, selon un récent rapport publié à la mi-octobre.

budget

Car malgré des soucis éthiques ou financiers, ils sont nombreux à se rendre dans l’émirat, notamment depuis l’Amérique latine, avec 70 000 Mexicains et 30 000 Argentins attendus, selon des diplomates.

Même le chef des ardents supporters du Mexique, le célèbre Caramelo, est conscient qu’il ” interdit d’importer de l’alcool dans le pays, mais accueille une délégation historiquement nombreuse, même si vous payez trois à quatre fois plus cher votre « chela » (bière).

Les frais de déplacement sont en effet un facteur qui ne peut être négligé. David Cebollada, président du groupe des principaux supporters espagnols, apprécie le ” mois complet “, avec hébergement” dans de petites maisons préfabriquées “.

Cela a découragé nombre de nos membres », regrette le fan de 48 ans. Mais « Je n’ai pas le droit de boycotter. C’est aux responsables, aux politiques, à ceux qui ont décidé d’attribuer la coupe du monde à ce pays “, il explique.

See also  Football - Pau FC : Dix choses à savoir sur Abzi

Daniel Ruhe, fan allemand de 38 ans, voit lui aussi une opportunité dans cette Coupe du monde à taille humaine. vivre chaque jour plusieurs jeux et plusieurs cultures “. Ce consultant informatique prévoit de participer à la bagatelle de 14 matchs en huit jours !

Sa compagne Lisa Schneider (34 ans), qui l’accompagnera, reconnaît un ” petite appréhension aux droits des femmes, pas la priorité n°1 au Qatar “D’après elle.” Il faut comprendre comment se comporter en femme pour ne pas avoir de problème (…) mais je suis toujours ouverte aux autres cultures “, Elle dit.

Nous sommes bien préparés ‘ poursuit Barbara Mc Coubrey, supportrice argentine de 45 ans. ” Il est recommandé de s’habiller différemment, par exemple pour aller à la plage “.

See also  Le football néerlandais ne comprend pas pourquoi Antony rejoint Manchester United pour 100 millions d'euros !

impatience

Nous le vivrons différemment, ni mieux ni pire. J’ai vraiment peur d’être déçu car il n’y a pas grand chose à faire, mais je veux aussi voir par moi-même, me faire ma propre opinion. », a prolongé Guillaume Auprêtre, supporter de la France, 25 ans. ” Je ne veux pas être stigmatisé pour y aller : on ne cautionne pas parce qu’on a choisi d’y aller “.

Loin du prisme occidental du mouvement des supporters, la Coupe du monde au Qatar est aussi une occasion unique pour les supporters du Moyen-Orient de vivre l’événement près de chez eux.

Je suis très excité car ce tournoi va prouver que le monde arabe est capable d’organiser de tels événements sportifs “, a déclaré Bader al-Khamis, un Saoudien, professeur de biologie à Riyad, déçu de ne pas pouvoir se rendre au Qatar en raison d’engagements professionnels.

Les notes sont dures “, il croit. ” Les perspectives culturelles en Europe diffèrent des nôtres dans la région. Cela ne sert à rien de changer notre culture en faveur de cette Coupe du monde. »