Chaque fan de football devrait connaître ces mots français

By | November 22, 2022

Aussi nombreux que soient les anglicismes issus de ce sport, savez-vous que certains termes du jargon footballistique ont des origines françaises et des équivalents ?

À l’origine, le mot “soccer” faisait référence à tout jeu de ballon entre deux équipes. Dérivé de la composition anglaise “foot”, “foot” et “ball”, “balle, ballon”, le terme est apparu en France au XVIIe siècle. Il va sans dire cependant que le « football » ne décrivait pas alors le sport communautaire qui s’est popularisé au XIXe siècle et fait aujourd’hui l’objet d’une compétition mondiale. Non, il s’agit alors d’un jeu « primitif » des Britanniques, héritiers de l’âme française.

Au Moyen Âge, la Soule était un moyen de distraction et de divertissement pour les habitants de la Picardie, de la Normandie et, plus généralement, du nord-est de la France. Correspondant Trésor de la langue française, c’était un jeu assez féroce consistant à lancer à la main ou au pied une balle de cuir remplie de son ou de foin. Au XIe siècle, cette activité aurait traversé la Manche avec Guillaume le Conquérant. “C’est gouteuxécrit Morris Marples dans L’histoire du foot (1ère édition), que le jeu anglais par excellence a une origine française.

“Dribble”, “tackle”, “hold-up”, “play-off”… Ces mots anglais, propres au jargon footballistique et désormais connus de tous, ont fait le tour du monde avec la diffusion du football. Mais savez-vous que certains d’entre eux sont d’origine française ou du moins équivalente ?

See also  L'équipe nationale de football a rattrapé le mouvement de contestation

Une cible

De même qu’il est généralement admis qu’un “gardien de but” désigne un gardien de but, un joueur dont le métier est d’assurer la défense d’un but, de même le “but” désigne la cage de football, le but qu’il protège. Emprunté au bas franconien “aber” (“Klotz, Block”) désignant une pièce utilisée pour le tir à l’arc, comme l’explique l’Académie française, le terme (souvent remplacé par le mot “cible”) désigne ainsi la structure d’un joueur à atteindre leur but, c’est-à-dire marquer un point. Bien sûr, puisqu’il est préférable d’utiliser le mot français “mais” pour désigner cet objet, vous n’avez pas à rougir d’utiliser le mot “but”. En effet, comme l’indique le Dictionnaire étymologique en ligne, ce dernier vient de l’ancien français « gaule », utilisé au XIIIe siècle pour parler d’une longue perche, d’un pieu. Probablement celui qui servait à marquer les limites de la cible en question.

Une pénalité

Si on entend ça plus souvent “L’arbitre doit siffler le penalty” Lors de la retransmission télévisée d’un match de football, le « penalty » (tir au but accordé à une équipe dans le cadre d’un penalty infligé à l’équipe adverse pour une faute commise dans sa propre surface de réparation) était attesté en anglais comme ayant été un terme depuis 1885. Il fut également adopté à l’époque par les Français. Pénalité utilisée pour désigner une sanction imposée pour un acte en violation d’une loi, d’un règlement ou d’un contrat. Ce mot, comme l’affirment les sages de l’Académie, est emprunté au français “peine” (“qualité de ce qu’est la peine”). Il n’y a donc pas lieu de recourir à l’anglicisme « penalty » alors que le mot « penalty », utilisé pour désigner « penalty », existe.

See also  Football/Coupe de France (7e tour)

Un puits de lumière

Arrêtez de l’appeler “coin” ou “coin supérieur” comme c’est le cas dans sa forme anglaise. La “lucarne” est ce qui qualifie l’angle supérieur, droit ou gauche, des portes. C’est le coin même formé par l’intersection du poteau et de la barre transversale de la cage. Pour le gardien, comme pour le buteur (dont on peut dire qu’il est d’une grande précision lorsqu’il réussit), c’est l’endroit le plus difficile à atteindre lors du tir. Emprunté au francique “lukinna” signifiant une ouverture dans le toit d’une maison, le mot “lucarne” a été un temps abandonné au profit de son équivalent anglais. Il semblerait que le challenge dit “Heaven’s Light of Evry”, dans lequel le ballon est lancé dans une petite fenêtre, ait redonné au terme son sens footballistique.

Impression

“Une bonne défense commence par le pressing, et le pressing commence devant”, expliquait Peter Bosz, alors entraîneur de l’Olympique Lyonnais, en 2021. Que puis-je dire ? Pourrait-il y avoir un lien entre le football et ces établissements commerciaux où les vêtements sont nettoyés puis repassés à la vapeur ? non Le pressing est une phase défensive qui consiste à empêcher le joueur en possession du ballon d’avancer sur l’adversaire, coupant ses trajectoires de passes en l’isolant. Le terme jargon du football, qui a émergé au XXe siècle, vient du verbe anglais “to press” (“action to press”), qui à son tour vient du français “to press”. Alors pourquoi ne pas utiliser le terme « presser » au lieu de « presser » ?

See also  Football : Un Espagnol qui marchait jusqu'à la Coupe du monde a disparu