Coupe du monde 2022 : les supporters de football pour les accidents du travail

By | September 15, 2022


tuUne majorité de supporters de la Coupe du monde de football prévue au Qatar en novembre soutiennent l’indemnisation par la Fifa des travailleurs dont les droits ont été violés lors des préparatifs de la Coupe du monde 2022, selon un sondage publié jeudi. Le riche émirat gazier est régulièrement dénoncé par les ONG internationales pour le traitement réservé aux centaines de milliers de travailleurs qui ont afflué sur les grands chantiers de la Coupe du monde, notamment en provenance d’Asie. De son côté, Doha insiste sur le fait qu’elle a fait de grands progrès sur ce dossier.

L’enquête YouGov a été menée pour le compte de l’ONG Amnesty International auprès de 17 000 adultes dans 15 pays en Europe, aux États-Unis, au Mexique, en Argentine, au Maroc et au Kenya.

Les associations invitées à se prononcer sur les droits humains

73 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles « soutenaient fortement » ou « avaient tendance à soutenir » que la FIFA devrait utiliser une partie de ses revenus pour indemniser les travailleurs dont les droits ont été violés. Et parmi ceux qui disent qu’ils regarderont au moins un match de la compétition, 84% disent soutenir la proposition. Dix pour cent des répondants « ont tendance à s’opposer » ou « fortement à s’opposer » à une indemnisation, tandis que 17 % se disent indécis.

See also  FIFA 23 : De nouveaux chiffres confirment le succès du jeu de foot d'EA !

A LIRE AUSSIEXCLUSIF. Le grand entretien avec l’émir du Qatar

Le sondage montre également que plus des deux tiers des personnes interrogées souhaiteraient que les associations de football de leur pays « commentent publiquement les questions relatives aux droits humains » lors de la Coupe du monde 2022, rapporte Amnesty. “La FIFA a encore le temps de faire ce qu’il faut”, a déclaré Steve Cockburn, responsable de la justice sociale et économique à Amnesty, dans un communiqué. “Les supporters ne veulent pas d’une Coupe du monde entachée (…) de violations des droits de l’homme”, a-t-il ajouté.

Des ONG ont accusé le Qatar de ne pas divulguer le nombre réel de travailleurs tués ou blessés sur les sites de la Coupe du monde et de ne pas en faire assez pour améliorer leurs conditions de travail. Le problème des salaires impayés a également été soulevé. Doha se défend en soulignant qu’elle a pris des mesures pour améliorer leurs conditions de travail en imposant un salaire minimum et en interdisant la toute-puissance de certains employeurs qui empêchaient leurs employés de quitter le pays ou de changer d’emploi.

See also  "La violence en marge des matches de football est courante" en Indonésie

Plusieurs organisations de défense des droits humains, ainsi que des supporters et des syndicats, ont lancé une campagne en mai pour exiger que la Fifa utilise une partie de ses recettes de la Coupe du monde 2022 pour indemniser les travailleurs dont les droits ont été violés. “La FIFA a assuré à Amnesty International qu’elle étudierait ces propositions, mais aucune annonce publique n’a encore été faite à ce sujet”, a déclaré le groupe de défense des droits de l’homme basé à Londres.