Football. Affaire Hamraoui : “La deuxième victime, c’est Aminata Diallo”, annonce sa défense

By | September 22, 2022



“Il y a une deuxième victime qui s’appelle Aminata Diallo” : Au lendemain de la sortie de prison de leur cliente, inculpée dans l’affaire Hamraoui, ce jeudi matin, les avocats de l’ancien joueur du PSG ont réaffirmé son innocence et dénoncé une enquête “incriminante” contre elle .

Après cinq jours de garde à vue, Aminata Diallo, mise en examen pour “violences graves” et “association de malfaiteurs” dans l’enquête sur l’agression de son ex-coéquipier au Paris SG Kheira Hamraoui en novembre 2021, est sortie de prison mercredi soir. Maison d’arrêt pour femmes à Versailles. Cette détention a été “physiquement et psychologiquement très compliquée” pour la joueuse de 27 ans, a indiqué son avocat Me Mourad Battikh lors d’une conférence de presse mercredi matin. Aminata Diallo a été libérée sous contrôle judiciaire.

barres de fer sur les jambes

« La vraie victime est Mme Hamraoui. Mais il y a une deuxième victime nommée Aminata Diallo. Elle a été harcelée le soir des faits, plaquée contre le volant de son véhicule », a également expliqué Me Mourad Battikh, évoquant la présence d’Aminata Diallo dans le véhicule avec Kheira Hamraoui le soir de l’agression. Ce dernier a notamment été battu aux jambes avec une barre de fer. La détention provisoire d’Aminata Diallo se justifiait notamment par le fait que les quatre hommes inculpés dans cette affaire, soupçonnés d’avoir participé à l’attentat, la qualifiaient de commanditaire.

See also  Arkadiusz Milik, le grand attaquant, sort... par la petite porte

« Ça fait 10 mois que l’Œil de Sauron était sur Aminata Diallo, c’est facile pour le vrai commanditaire de dire aux agresseurs que le jour où ils sont pris Mme Diallo doit être inculpée », a répliqué Mourad Battik. du dossier nous a rassurés sur le fait que le parquet n’est pas en mesure de lier Aminata Diallo à un quelconque élément matériel des agresseurs », a-t-il dit. Les agresseurs ont été retrouvés grâce à un intermédiaire encore non identifié contacté.

“Très dépendant du téléphone”

Evoquant les recherches Google pré-attentat d’Aminata Diallo (“fracture de la rotule” et “cocktail médicamenteux dangereux”) révélées par Le Parisien, sa défense a dénoncé l'”exploitation très dépendante de son téléphone”. “On peut dire ce qu’on veut sur les exploits fragmentés (…) nous avons demandé l’exploit du téléphone entier pour établir le contexte dans lequel elle a mené cette recherche”, a répondu Me Mourad Battikh.

Son confrère Me Romain Ruiz lui a reproché le “parti pris rapide des enquêteurs à la faute d’Aminata Diallo”. “Des joueurs qui veulent leur place en équipe de France, ce n’est pas un motif, c’est une réalité sportive”, a-t-il soutenu, évoquant la rivalité sportive entre les deux joueurs.

See also  Le Stade Bordelais "n'a pas peur des grosses équipes"