Football : C’est important pour Rodez de marquer à Paris

By | September 17, 2022

Rodez rejoint Charléty samedi 17 septembre (19h) pour affronter le Paris FC. Une rencontre importante pour Raf qui, après sa prestation joueuse face à Valenciennes samedi dernier, avait des intentions irréprochables qui ne lui avaient toujours pas permis de remporter son deuxième match de la saison (1-1) et de faire chuter le club à la 20e place.

Au vu du classement et du palmarès du Raf, il est assez difficile de tirer le bilan de ce premier quart de championnat. A la 20e place, Rodez est évidemment loin d’être en forme avec seulement 5 points et une différence de buts de -5. Il faut dire que le club aveyronnais a déjà affronté certaines des meilleures équipes de Ligue 2, comme Bordeaux ou encore Metz.

Mais au bilan du premier mois et demi de compétition, ce ne sont pas les performances face à ces clubs qui inquiètent le plus. En effet, le plus gros problème des Ruthénois dans cette quatrième saison consécutive en deuxième division est sans doute leur incapacité à gagner leurs matchs face à des formations largement à leur portée. Et notamment à Paul-Lignon (nul contre le promu Annecy, 2-2, et Valenciennes, 1-1).

See also  L2 : Pourquoi QRM a perdu ses trois joueurs les plus expérimentés à Valenciennes

Relatif au dernier chiffre

Mais ce début de saison compliqué n’enterre pas les chances sang et or de revenir sur la ligne de départ de la Ligue 2 l’an prochain. Loin de là. Ne serait-ce que parce que les écarts entre le dixième et le dernier du classement, à savoir le Paris FC et Raf, qui se retrouvent samedi, sont extrêmement faibles. En fait, ces deux formations ne sont séparées que de quatre points, alors que Rodez a disputé un match de moins en raison du report de son match contre Guingamp suite à un accident d’avion.

L’écart entre ces deux formations n’est donc pas énorme, du moins sur le plan comptable. Ce que Laurent Peyrelade peut donner de l’espoir : Je pense que ce sera un match différent des autres années contre Paris. Cette équipe n’est plus ce qu’elle était depuis trois ou quatre ans, notamment en termes de densité sportive et de jeu.l’entraîneur ruthène a estimé hier lors d’une conférence de presse. Ça va être une belle opposition tactique. Les deux équipes auront vraiment une chance de gagner ce match. Nous sommes en retard au classement donc nous devons prendre quelques points. »

See also  Football (Derby N3) - Actualité Montceau

Un groupe finiment stable

“Pour moi, la différence de points entre Paris et nous est due à notre préparation.” Depuis juillet, Laurent Peyrelade ne cache pas ses inquiétudes sur la stratégie de son club au mercato. Un aspect qui a particulièrement façonné sa pré-saison et qui peut expliquer en partie ce début d’entraînement presque cauchemardesque. Longtemps, l’entraîneur et son staff ont navigué à vue, ne sachant pas si tel joueur allait rester, partir ou arriver.

Cependant, depuis que le marché des transferts français a fermé ses portes il y a quinze jours, la situation est différente. « Nous commençons à ressembler à un groupe, ce qui est très important. Nous apprenons à vivre ensemble. Chaque jour qui passe est un jour gagné pour nous. Nous allons dans la bonne direction. », a déclaré l’entraîneur expérimenté de Raf. Une unité remarquable face à Valenciennes samedi dernier, malgré un résultat plutôt décevant. Alors une confirmation accompagnée des trois points serait la bienvenue samedi…

Rodez monte dans l’avion (presque) comme si de rien n’était

Du côté du Raf, les problèmes du vol vers Guingamp il y a deux semaines semblent plus ou moins oubliés. Cependant, depuis cet incident, les Ruthènes n’ont pas eu à voler. Le lancement approchant ce matin, certains joueurs pourraient hésiter à remonter dans un avion. Une idée que Laurent Peyrelade avait du mal à imaginer : “Tout le monde ne peut pas être Dennis Bergkamp (Légende du football hollandais qui a toujours refusé de voler, ndlr.). Si vous ne pouvez plus monter dans un avion, vous devrez changer de travail et entrer dans l’administration publique (des rires). Mes joueurs sont jeunes, je peux vous dire que s’ils veulent aller à Dubaï, ils prendront l’avion.”.

Cold, le technicien aveyronnais, parvient à garder quelque chose de positif dans cette histoire. “C’est un peu comme si nous jouions au bowling ensemble (Mercredi). Nous avons eu une expérience partagée. Parfois ils sont positifs, parfois non. Mais au moins nous étions là ensemble, et j’aime ça“, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse hier.

See also  L'équipe typique de L1 - Jour 6 - Football