Football : Dans le Morbihan, Madina et Ilona tentent le pari de l’arbitrage

By | November 24, 2022

Medina Caudal à gauche et Ilona Le Piouffle à droite, les deux nouvelles arbitres.
Medina Caudal (à gauche) et Ilona Le Piouffle, deux nouvelles arbitres ambitieuses. © Le Journal Officiel du Centre Morbihan.

Ce n’est pas facile de se lancer dans une carrière d’arbitre de football, alors imaginez deux jeunes filles relever un tel défi.

Pour s’amuser…

Madina Caudal a 17 ans et est en Terminale STMG au lycée Jeanne d’Arc de Pontivy (Morbihan).

L’idée de devenir arbitre est venue de mes projets professionnels orientés vers le droit, ce qui me permet d’acquérir certaines valeurs et compétences nécessaires à mon projet professionnel.

Médina Caudal, arbitre

Sachant queLe club de football Saint-Colomban de Locminé Médine s’est alors portée volontaire.

Ilona Le Piouffle a 16 ans. Elle est au lycée aussi.

J’ai toujours aimé le football. C’est vraiment ma passion, mais je ne me voyais pas devenir joueur. Mon club l’Espérance de Bréhan cherchait des arbitres. Mes parents m’ont montré l’affiche pour le plaisir et finalement j’ai décidé pourquoi ne pas tenter cette expérience.

Ilona Le Piouffle, arbitre.

Pipe à la bouche ou cahiers à la main, les deux jeunes filles jonglent entre études et arbitrage. Et semblent avoir trouvé des chaussures à leurs pieds. “C’était assez stressant lors de mes premiers matchs. Mais c’est vraiment une expérience enrichissante », dit Madina.

De son côté, Ilona a fait ses premiers pas sans trop se poser de questions. « Je suis vraiment entré dans l’inconnu parce que je n’avais jamais joué ni arbitré. Mais après le premier match ça allait mieux et maintenant je suis plus détendu sur mes rencontres. »

“Nous fait respecter en tant que femmes”

Le domaine de l’arbitrage est le plus compliqué pour réussir Gardez les jeunes arbitres car beaucoup finissent par… abandonner.

Vidéos : actuellement sur Actu

Trop souvent critiqués, parfois attaqués, les arbitres n’ont pas la vie facile. Encore plus quand il s’agit de femmes…

Mais Madina et Ilona en sont conscientes et veulent relever le défi.

La difficulté que j’ai rencontrée jusqu’à présent n’est pas mon âge mais mon sexe. Beaucoup de gens pensent qu’il est difficile pour moi d’être respectée sur le terrain parce que je suis une femme.

Médine.

Compte tenu des préjugés désastreux qui alimentent le football, Ilona voit cet obstacle comme une bénédiction pour forger un vrai caractère.

Les arbitres subissent des propos intolérables. Mais vous ne devriez pas vous arrêter là. Au contraire, cette vocation est plutôt utile. Cela nous fait sortir de notre zone de confort et est un bon ajout à notre vie future.

Ilona.

la tête pleine de rêves

« Pour moi, chaque arbitre a sa propre façon de siffler, la Locminoise le reconnaît. Mon objectif est de devenir arbitre à un bon niveau, par exemple en équipe nationale. Et si j’arrive à atteindre cet objectif, je devrai faire face à un autre défi pour être encore plus haut. »

De son côté, Ilona admire Clément Turpin, l’un des meilleurs arbitres français évoluant en Ligue 1. “Pour moi, c’est la référence. Si un jour j’arrive à atteindre la D1 féminine, je relèverai un autre défi, celui d’atteindre la Ligue 1 masculine : ce sera mon rêve. »

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Gazette du Centre Morbihan dans la rubrique “Mes messages”. En un clic après l’inscription, vous pouvez trouver toutes les dernières nouvelles de vos villes et marques préférées.

See also  OM-Lille attendu en haut de la télécabine, Embolo et Monaco