Football : pourquoi le président de Rodez Pierre-Olivier Murat a choisi Didier Santini comme nouvel entraîneur

By | November 23, 2022

Le patron du football de Rodez Aveyron, actuellement 18e de Ligue 2 et jusque-là sans entraîneur depuis le limogeage de Laurent Peyrelade le 8 novembre, a donné mardi 22 novembre, au lendemain de l’annonce officielle de l’arrivée de Didier Santini, une conférence de presse de Coach.

« La première, c’est que ce n’était pas une question de finances. Aujourd’hui, à part les 4 ou 5 gros clubs de Ligue 2, les 15 autres entraîneurs touchent la même somme, très peu près. Je voulais quelqu’un de très frais, avec un côté relativement offensif. philosophie et qui pourrait s’adapter à notre club, qui a une identité assez forte.” Ce sont les premiers mots de Pierre-Olivier Murat pour évoquer les raisons pour lesquelles Didier Santini (54 ans) sera disponible à partir du 1er janvier. Décembre siège sur le banc de Rodez en tant que nous avons annoncé dimanche à 12h00 et officialisé par le club hier lundi.

Un dernier élément proposé par le président du club qui semblait crucial dans l’élection. « A travers sa carrière de joueur, Didier a joué presque exclusivement dans des clubs identitaires. Et par exemple, Paul-Lignon (le stade) doit maintenant redevenir une forteresse (les Ruthénois ont encore gagné cette saison, ndlr). Et pour cela il faut vous un capitaine de bateau.

See also  Football - Plus d'arrêts, moins de football : la Liga est-elle malade ?

Annonçant l’arrivée de l’ancien entraîneur de Saint-Brieuc ou de Béziers, certains observateurs du club pointaient du doigt l’inexpérience sur le banc de l’ancien latéral gauche marseillais. “La moindre des choses, c’est de lui dire bonjour et de le saluer. Et en bon Aveyronnais, on compte les conneries à la fin de la foire”, a répondu Murat, avant d’ajouter : Et Didier avec ses 400 matchs chez les professionnels (Joueurs), il peut nous donner des leçons !”

A noter également le fait que cette inexpérience est pleinement assumée en L2. “Je l’ai déjà dit, je voulais quelqu’un de frais”, dit-il. Nous avons reçu 45 CV d’entraîneurs. Ensuite, nous avons réduit à 30, puis 10, puis j’ai atteint 3. Pour la finition c’est mon choix. Ce n’est pas un choix par défaut. Les coachs, ils étaient nombreux. Vous savez, il y a plus de chômeurs dans le football que sur le terrain.

Santini arrive certainement avec beaucoup d’envie, lui qui voit sa vocation comme une réelle opportunité. Alors que son contrat, qui le lie à Raf jusqu’en 2025, est conditionnel à ce qu’il garde l’équipe à la fin de cette saison. “Il est sûr de lui depuis qu’il l’a signé”, confie un “POM” confiant tourné vers l’avenir. Et ce malgré les récents revers de Santini, sorti du Stade Briochin en septembre, actuellement dernier de National.

See also  Entre foot et art contemporain : la saison culturelle de la DPVa à Draguignan se dévoile

“Vous ne connaissez pas l’histoire”, s’est défendu Pierre-Olivier Murat en conférence de presse ce mardi. Parfois il y a communication et comment ça se passe. » Ce qui veut dire que cette fin d’aventure n’a en rien été un obstacle à son arrivée en Aveyron ? « Non, mais tu ne sais pas comment ça s’est passé à Saint-Brieuc. Des fois il y a des gens qui veulent y aller…” Avant d’ajouter encore : “L’an dernier il a terminé 7e (hors National) avec des ressources là où il l’a fait.” Il n’a même pas de GPS pour les courses de ses joueurs, un équipe qui n’était pas géniale et l’année où nous avons été promus en Ligue 2, il a terminé sixième avec Dunkerque.”