Football : Quelle bonne formule pour l’attaque suisse ?

By | September 22, 2022

Posté

FootballQuelle bonne formule pour l’attaque suisse ?

L’équipe nationale n’a marqué que quatre buts en 2022, testant plusieurs formations différentes. L’option contre le Portugal pourrait inspirer Murat Yakin avant sa rencontre de samedi avec l’Espagne.

à travers
Valentin Schnorch

(Saragosse)

Haris Seferovic et Breel Embolo seront-ils liés samedi ?

Haris Seferovic et Breel Embolo seront-ils liés samedi ?

mise au point fraîche

Quatre. C’est le nombre de buts marqués par l’équipe de Suisse en 2022. Jamais plus d’un par match, avec deux “breaks” (défaite 4-0 au Portugal, puis 1-0 contre l’Espagne à Genève). Les buteurs ? Breel Embolo en Angleterre, Jordan Lotomba contre le Kosovo, Noah Okafor en République tchèque et Haris Seferovic lors de la victoire contre le Portugal. Bref, samedi (20h45) retour en Espagne à Saragosse, il semble un léger euphémisme d’évoquer les insécurités offensives de l’équipe nationale.

La question est finalement très centrale : après que les dirigeants de la sélection, menés par Granit Xhaka, aient voulu être un peu plus proactifs lors du match aller face à l’Espagne à la mi-temps, comment la Suisse devait-elle s’animer offensivement ? Quelles décisions Murat Yakin doit-il prendre ? Même s’il sait qu’il ne peut pas compter sur l’homme le plus en forme du moment, un certain Noah Okafor, qui a subi un traitement médical pour ses dents.

Un trio Shaqiri Seferovic Embolo?

Un regard sur le passé récent le fait. Avec le poste de Xherdan Shaqiri qui a évolué. Placé plutôt dans le 4-2-3-1 pour l’attaquant nominal en début d’année, il s’est montré excentré sur le flanc droit lors des deux derniers matches. Un rôle qui plait aussi à “Shaq” et un risque que le coach a compensé par un léger pressing. Et cela a fait place à d’autres profils percutants. Lors de la victoire contre le Portugal, Seferovic figurait devant et Breel Embolo à gauche. Yakin utilise ensuite l’option de renforcer son milieu de terrain pour placer une puissance offensive maximale.

Rebelote samedi à Romareda à Saragosse ? D’autres facteurs entrent en jeu, à commencer par le statut d’Haris Seferovic. L’attaquant lucernois, désormais avec Galatasaray, n’a plus marqué de but en match officiel depuis le début de la saison. Il est désormais sur le banc de son club turc et son temps de jeu semble compromis. Est-il une option viable pour Yakin ? Il convient de noter que le manager a toujours été favorable et a loué sa forme physique en fin de semaine dernière lors de l’annonce de sa liste.

Murat Yakin a utilisé Xherdan Shaqiri sur le flanc droit lors des deux derniers matchs.

Murat Yakin a utilisé Xherdan Shaqiri sur le flanc droit lors des deux derniers matchs.

mise au point fraîche

À moins qu’il ne soit celui qui s’est aligné, il est difficile de suggérer autre chose que d’utiliser Breel Embolo. Le natif de Bâle convainc avec Monaco dans un rôle similaire. Mais le déplacer vers la gauche lui donne également une certaine liberté tout en conservant une référence sur l’axe. Qui disparaît lorsqu’il est utilisé là-bas, sachant très bien que l’imposant attaquant aime ramasser et dézoner, créant alors des différences. Ne peut-il pas être plus pertinent de l’associer ?

Itten, nouveau farceur

Il n’est pas exclu que Murat Yakin argumente de la même manière et reproduise la formule du Portugal. D’autant plus qu’il n’y a pas d’attaquant de formation : Steven Zuber est sorti, Ruben Vargas joue peu en club et Renato Steffen est plus sur le côté droit. Sans oublier que Dan Ndoye ne peut rien revendiquer compte tenu de son inexpérience internationale.

“Quand j’arrive, j’essaie toujours de travailler dur pour apporter ma confiance avec moi. Je suis toujours heureux d’être avec l’équipe nationale.”

Cedric Itten, attaquant de l’équipe nationale suisse

Reste à s’interroger sur le Joker. Depuis le retrait de l’équipe nationale de Mario Gavranovic, la Suisse a perdu son plus célèbre. Mais elle ne fait pas exception. Cédric Itten a déjà prouvé qu’il était à la hauteur de ce rôle : il y a trois ans contre la Géorgie et l’an dernier contre la Bulgarie. L’attaquant des Young Boys a marqué quatre buts en 7 sélections.

“Quand j’entre dans le jeu, j’essaie toujours de travailler dur, d’y mettre ma confiance”, convient l’attaquant de 25 ans. Je suis toujours content d’être avec l’équipe nationale, ça m’aide beaucoup.” Une ressource supplémentaire pour gonfler les stats à trois matchs du Mondial.

See also  SOCCER - ESC Longueau - Christophe Huck : "J'ai une idée de l'équipe qui va débuter"