Interview. Football. Théo Leterrier, Bayeux FC de père en fils

By | September 14, 2022

Un quadruplé pour Théo Leterrier dans le derby face à l'AS Saint-Vigor en ouverture du championnat
Un quadruplé pour Théo Leterrier dans le derby face à l’AS Saint-Vigor en ouverture du championnat ©DR

Théo, ton quadruplé dans le derby face à l’AS Saint-Vigor en ouverture de ce championnat de Régional 3 a marqué les esprits. Comment analysez-vous votre propre performance ?

Au retour de vacances, j’ai fait quelques séances d’entraînement dans les jambes. Aussi, j’ai été malade la semaine après mon retour, mais après avoir fait une bonne préparation je me sentais bien. Beaucoup de mes amis jouent dans l’équipe réserve. Je voulais vraiment montrer ce que je peux faire pour ce derby. Nous commençons le jeu de la meilleure façon. On continue, on ne se laisse pas beaucoup d’occasions et la deuxième mi-temps a été encore meilleure. Nous avons plus d’impact. Nous réalisons toutes nos actions. Un jeu à sens unique !

Au vu de vos qualités et de votre expérience, il faut dire que la Régionale 3 doit vous paraître très ennuyeuse et lassante…

Non, car l’année dernière j’ai beaucoup joué en R3, qui reste un championnat de niveau régional. De bons entraîneurs, de bons joueurs, de bonnes équipes qui veulent jouer. Aujourd’hui, j’entame ma quatrième année en seniors. L’année dernière, j’ai commencé dans les trois premiers matchs de la saison de l’équipe première avant de devenir davantage un joueur de rotation. Depuis lors, j’ai souvent basculé entre le N3 et le R3. À la fin de la saison, lorsque moi, avec plusieurs autres, je me suis senti prêt à retourner dans l’équipe réserve pour l’aider à se maintenir. J’ai adoré Quentin [Broggi, l’ancien entraîneur, ndlr]. Dès son plus jeune âge, je le respectais beaucoup.

See also  Football. Rouez et Neuau se frottent

La saison dernière, Olivier Joba vous a offert vos premières minutes en National 3. Votre objectif est-il désormais de vous installer définitivement ?

De très bons joueurs, des entraîneurs renommés… aucun match n’est facile. Même si la saison a été difficile, j’ai appris. Mon objectif maintenant est de m’y installer. Le club a changé. Les nouveaux venus ne sont pas seulement de très bons joueurs, mais aussi de très bons amis. Nous sommes une équipe d’amis et l’entraîneur [Sébastien Mazure, ndlr] a une très bonne vision du jeu, je veux faire 100% et montrer ce que je sais faire au FC Bayeux, mon club pour la vie, à qui je veux rendre tout ce qu’ils m’ont donné. Défendre ses couleurs est très important pour moi.

“Si j’ai été relégué en B, c’est parce que j’ai dû prouver à chaque match que j’avais ma place au plus haut niveau. »

Comment avez-vous vécu le fait d’alterner entre l’équipe première et l’équipe réserve pendant des périodes plus ou moins longues ?

Assez bien. J’ai beaucoup aimé Quentin [Broggi, l’ancien entraîneur, ndlr] et, encore plus simple, j’ai juste respecté les décisions de l’entraîneur. Je n’ai jamais joué dans l’équipe réserve et je me suis senti vaincu. J’en ai toujours été très content. Si j’ai été relégué en B, c’est parce que j’ai dû prouver à chaque match que j’avais ma place au plus haut niveau.

De nombreux observateurs vous ont découvert la saison dernière et on attend beaucoup de vous aujourd’hui. Comment décririez-vous votre style de jeu à quelqu’un qui ne vous a jamais vu jouer ?

Ma vitesse, ma force et ma technique. J’aime prendre des risques et j’espère que ma formation de meneur de jeu me donne une bonne idée du jeu, je me sens en sécurité ici. J’ai toujours été un joueur offensif. Ce que j’aime, c’est être devant le but et tirer ! Comme ce derby, par exemple. J’aimerais être encore meilleur dans ma concentration et dans les exigences que j’ai envers moi-même. J’en veux toujours plus sans toujours m’en donner les moyens. J’apprends de mes coéquipiers les plus âgés et le fait qu’ils soient mes amis me permet d’apprendre encore plus d’eux. Ils connaissaient tous le très haut niveau.

See also  Football. Ousmane Dembélé, une renaissance qui tombe à pic pour la Coupe du monde 2022

Si vous avez fait l’essentiel de votre carrière au Bayeux FC, vous êtes à l’OS Maladrerie depuis quatre ans. Pourquoi ce choix ?

J’ai débuté au FC Bayeux jusqu’en U14. J’étais déjà débordé à l’époque et je jouais déjà avec des joueurs qui avaient deux ou trois ans de plus que moi. Jusqu’à ce que je parte à l’OS Maladrerie pendant quatre ans pour découvrir un niveau encore meilleur. J’ai mieux goûté avec les U17 au niveau régional et même national. Je pense que j’ai tourné le coin ici. J’ai rencontré des joueurs qui connaissent la Ligue des champions aujourd’hui, comme Eduardo Camavinga [Real Madrid, ndlr]. Pendant un moment, j’ai été approché par le SM Caen et le Stade Lavallois mais je n’ai aucun regret.

À la fin, cependant, vous êtes revenu dans le troupeau…

À OS Maladrerie, je pensais avoir réussi. Le Bayeux FC me recontactera. J’ai peut-être choisi le confort et la facilité, mais c’était ce dont j’avais besoin et ce que je voulais. C’était l’heure! J’ai grandi avec le Bayeux FC. J’ai tout à faire. C’est pourquoi je m’y sens bien. Je lui dois tout ce qu’il m’a donné et je veux lui donner plus.

See also  retour propre des Bleues face à l'Estonie
Vidéos : actuellement sur Actu

“J’ai grandi avec un ballon dans les pieds”

Son père Franck était non seulement un excellent joueur, mais aussi un visage bien connu au FC Bayeux. Êtes-vous inspiré par son expérience et son investissement ?

C’est un exemple ! Je ne l’ai pas vu jouer dans la fleur de l’âge mais quand ses amis ou même des gens qui ne le connaissent que de réputation me parlent de lui, c’était un grand joueur ! Je ne peux que l’écouter et le respecter. Je veux suivre ses traces. nous sommes très proches Il assiste à toutes mes séances et à tous mes matchs. Je veux faire mes preuves rien que pour ça. C’est une fierté ! Tous les footballeurs n’ont pas cette chance. Pendant quatre ans, il m’a emmené tous les jours à Caen quand je jouais à La Maladrerie. Je n’ai jamais pensé à pratiquer un autre sport que le football. Aussi du côté de la mère! J’ai grandi avec un ballon dans les pieds.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Renaissance le Bessin dans la rubrique “Mon actualité”. En un clic après l’inscription, vous pouvez trouver toutes les dernières nouvelles de vos villes et marques préférées.