La grande honte de Griezmann

By | November 25, 2022

Devenu rapidement un élément incontournable des bleus, Antoine Griezmann vit son expérience de carrière internationale comme un sévère revers à ses débuts.

Anton Griezmann est un cas unique dans l’histoire de l’équipe de France. Malgré une baisse de rythme depuis son passage au Barça, le champion du monde tricolore est toujours un tenant du titre incontesté dans l’effectif. A tel point que les Mâconnais ont continué d’améliorer leur bilan en faisant coup sur coup face à l’Australie mardi, un 68e match de suite avec les Bleus. De quoi lui offrir 31 111 sélections, faisant de lui le 6e meilleur joueur.

Pourtant, la carrière internationale d’Antoine Griezmann a connu un retard à l’allumage. L’erreur d’une suspension après une soirée nocturne lors d’un rassemblement avec les Espoirs en octobre 2012. Flanqué de Wissam Ben Yedder, M’Baye Niang, Chris Mavinga et Yann M’Vila, qui évoluait alors à la Real Sociedad avait quitté les Bleus au Havre pour prendre un taxi jusqu’à Paris passer quelques heures en discothèque quelques jours avant le match retour des Espoirs de l’Euro 2013 contre la Norvège.

See also  Football Ecology France lance sa Consultation Nationale 2022 » Lettre Economique et Politique PACA

La joyeuse bande était bien consciente des risques encourus. “Mes fils m’ont demandé pourquoi je n’avais pas pris de photo avec eux : ils ne voulaient pas en prendre parce qu’ils savaient qu’ils faisaient une bêtise”, s’est confiée à son chauffeur de taxi, So Foot, qui a expliqué que ce sont les cinq auteurs qui l’ont fait “un peu ivre, mais modéré”. La sanction de la FA française, quelques semaines plus tard, a été beaucoup plus lourde comme Wissam Ben Yedder, Chris Mavinga, M’Baye Niang et Antoine Griezmann jusqu’au 31 décembre 2013, donc pendant 14 mois (!) et Yann M’Vila jusqu’à partir de juin. 30 décembre 2014. De quoi compromettre les chances de Grizou de participer à la Coupe du monde au Brésil.

j’ai fait une grosse erreur

“C’était un caprice. Nous avons décidé cela le jour même. Tout est allé très vite. Et ce n’était pas Yann qui était le cerveau d’après ce que j’ai lu. Je dirais que c’est un peu comme tout le monde… Par rapport à ma famille et à mon nom j’ai sûrement honte confia-t-il peu après les faits. Mes parents ont été très déçus. Surtout que je n’ai pas l’habitude des grosses bêtises. Et je n’oublie pas les enfants, le monde amateur. je ne suis pas fier Et c’est aussi dommage pour le maillot bleu, les supporters… Il y a des gens qui viennent te voir. Et toi, tu fais ça… J’ai été présélectionné avec les A et à cause de conneries tu dois tout refaire pour montrer qui tu es. »

“J’ai fait une grosse erreur. Si, comme moi, tu fais semblant de vouloir évoluer à un certain niveau, alors il ne doit pas y en avoir. J’accepte la sanction, c’est digne de mon erreur”, Il a ajouté à la fin de la saison, ajoutant: “Je suis sûr que je ne ferai plus d’erreurs comme ça. C’est une leçon de vie qui va certainement me façonner même quand j’aurai un peu plus de 20 ans, d’autant plus que je ne suis pas fan de quelque chose comme ça et que j’ai conscience de mes devoirs. »

L’attaquant basque a osé croire que sa performance sur le terrain suffirait à rattraper cette erreur d’enfance. “Personnellement, je vais tout faire pour enfiler ce maillot qui m’a tant apporté dans l’équipe des jeunes et qui m’a tant fait rêver enfant. il a dit. M. Deschamps donne une impression d’intégrité, je suis convaincu que si je fais bien, il se renseignera sur mes performances. Je ne lui ai jamais parlé, mais mes proches le connaissent bien. Ils m’ont encouragé à continuer, à persévérer. J’y travaille de toutes mes forces, l’avenir nous le dira. » L’avenir était enfin radieux.

See also  Football - Que faire de la Coupe du monde ?