L’équipe de France de football fait-elle partie des rares Européens à ne pas avoir rencontré Amnesty International pour évoquer le sort des travailleurs au Qatar ?

By | September 16, 2022

Bonjour, vous nous avez interrogé sur un tweet publié le 6 septembre par Quentin Mueller, auteur de les esclaves du pétrolier (à paraître aux éditions Marchialy début octobre). Le journaliste évoque et affirme le sort des travailleurs étrangers au Qatar la Fédération française de football [FFF] a été l’un des rares en Europe à refuser une rencontre entre les joueurs de l’équipe de France et Amnesty France pour discuter des conditions de vie des travailleurs étrangers au Qatar ».

Alors que son tweet indiquait que l’information était détaillée dans son futur livre, dont il est co-auteur avec le journaliste Sébastien Castelier, VérifierActualités n’a pas pu trouver l’extrait dans une copie fournie par son éditeur. Interrogé, Quentin Müller explique : “Ce sont des informations que je pensais avoir incluses dans le livre, mais en réalité ce n’est pas le cas. Lola Schulmann me l’a dit dans une interview en juin.

Lola Schulmann est chargée de plaidoyer à Amnesty France, l’organisation non gouvernementale de défense des droits humains. Cet été, elle a également dit VérifierActualités les difficultés de son ONG à amener la Fédération française de football à répondre au sort des travailleurs étrangers employés au Qatar. Après une mobilisation en ligne, puis devant le siège de la FFF, Amnesty France avait atteint une réunion avec les dirigeants de l’association le 19 avril 2022. Mais rien depuis, nous a confié Lola Schulmann, qui nous a assuré avoir demandé au président Noël Le Graët qu’une rencontre puisse avoir lieu entre l’ONG et les joueurs de l’équipe de France pour les sensibiliser aux enjeux du respect des droits de l’homme au Qatar. aiguiser. Demandé par VérifierActualités Depuis plusieurs semaines, la FFF n’a répondu à aucune de nos sollicitations à ce sujet.

Selon la responsable du plaidoyer d’Amnesty France, de tels séminaires ou débats approfondis ont été menés par les antennes d’Amnesty en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne, en Suisse, aux Pays-Bas, au Portugal, en Finlande, en Norvège ou encore en Australie, même si cela va trop loin pour dire que la majorité des équipes nationales européennes ont rencontré les équipes des ONG.

See also  Football : l'USPA 1 rate de peu sa rentrée

VérifierActualités fait le tour des équipes qualifiées pour la compétition.

La “Team” et les “Red Devils” ont vu Amnesty

Parmi les « bons élèves », on peut citer les joueurs des équipes allemande et belge qui ont déjà rencontré directement les équipes d’Amnesty. Début juin, les associations de football de Belgique et d’Allemagne, ainsi que les bureaux locaux d’Amnesty, ont diffusé des communiqués de presse et des photos montrant ces rencontres. Ils ont même été suivis de commentaires de joueurs de haut niveau comme la star belge Eden Hazard déclarant : “C’est bien de parler de ces problèmes, ce sont des choses dont il faut parler. On ne peut pas avoir peur de dire les choses, même si on est là avant tout pour jouer au foot. Côté allemand, l’équipe a vu les équipes d’Amnesty et de Human Rights Watch à deux reprises en mars et juin 2022. “Il est important pour nous que de tels “professionnels” viennent à nous et que nous puissions avoir un aperçu. Je pense que c’est crucial pour nous aussi.”

Hors d’Europe, l’Australie, qui affrontera la France au premier tour de la compétition, fait partie des pays où des joueurs comme Mat Ryan et Jackson Irvine ont assisté à des réunions avec des syndicats de soutien aux travailleurs migrants recrutés par le Qatar. Des fiches sur la situation des travailleurs étrangers au Qatar ont également été envoyées aux équipes masculines et féminines.

Danemark et Pays-Bas : rendez-vous prévus en septembre

Contacté par Vérifiez les nouvelles, Les bureaux d’Amnesty dans ces deux pays assurent que les rencontres avec les joueurs auront lieu jusqu’à fin septembre. Cependant, Amnesty Danemark reconnaît que la dynamite danoise n’était pas censée durer seulement quinze minutes. Les deux branches de l’ONG soulignent avoir eu des “contacts réguliers” avec les associations de football des deux pays sur les questions de droits de l’homme, notamment au Qatar, depuis plusieurs années.

Angleterre et Pays de Galles : pas de rencontres mais des efforts

Concernant l’Angleterre et le Pays de Galles, Amnesty UK affirme que malgré les annonces à ce sujet, il n’y a eu aucune réunion avec l’une ou l’autre des équipes. “Les médias britanniques ont rapporté pendant de nombreux mois qu’il y aurait un briefing avec les organisations de défense des droits de l’homme et les parties prenantes [anglais]. Mais cela n’est jamais arrivé. Au lieu de cela, la Football Association of England nous a récemment informés qu’ils partageaient eux-mêmes des informations pertinentes sur les droits de l’homme avec les joueurs. dit un porte-parole.

En mars le Gardien Avait rapporté la réaction du milieu de terrain Jordan Henderson, qui l’a décrite ainsi « Choquant, décevant et horrible » violations des droits de l’homme commises par le Qatar après que ses coéquipiers anglais ont reçu un briefing de 30 minutes sur la situation dans le pays hôte de la Coupe du monde. Amnesty UK dit ne pas avoir organisé cette présentation, “Entièrement exploité par l’Association anglaise de football (FA)”. Cependant, ce dernier a cité le travail de l’ONG parmi les informations présentées aux joueurs. Amnesty UK a depuis estimé que “Dans l’ensemble, la FA est moins vocale que la FA galloise sur les questions de droits de l’homme avant la Coupe du monde.”

See also  Clasificatorias Qatar 2022 Europa

Dans une déclaration partagée le 25 août, Amnesty UK a salué une déclaration de la Football Association of Wales appelant à “de voir de nouvelles améliorations significatives et durables dans les conditions de travail des travailleurs migrants au Qatar” Parallèlement, il soutient la création d’un centre pour les travailleurs migrants à Doha et appelle l’association anglaise à faire plus. L’ONG a appelé l’effort gallois à se concrétiser également par un soutien au fonds d’indemnisation des travailleurs.

Suisse : Confirmations pour les hôtels, mais pas de briefing avec les joueurs

Amnesty prétend avoir «Des échanges réguliers avec l’Association suisse de football, qui a accepté à l’issue de la qualification pour le mondial au Qatar, pour vérifier que les hôtels respectent les droits de l’homme». Cependant, Amnesty Suisse regrette que l’association n’ait pas accepté les rencontres avec les joueurs.

Espagne : L’association ne réagit pas à l’amnistie

En Espagne, les relations entre l’ONG et la Fédération royale espagnole de football semblent moins bonnes qu’en France. Un porte-parole de l’ONG le souligne « La section espagnole d’Amnesty International a écrit six fois à l’association […] sur le rôle que les différentes fédérations sportives doivent jouer en matière de respect des droits de l’homme et sur la manière dont le sport peut agir comme catalyseur de ces droits dans certains pays, et notamment sur le rôle de la fédération espagnole dans l’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar. […] Aucune des lettres n’a reçu de réponse et nous n’avons même pas reçu d’accusé de réception. Nous avons également accompli des actes publics devant l’Association sans être reçus, je ne qualifierais donc pas ces communications d’échanges car aucune réponse n’a été reçue de leur part à ce jour.”

Portugal. Amnesty mène une campagne générale en faveur des droits humains depuis 2020

Contacté par Vérifiez les nouvelles, Amnesty Portugal n’a pas répondu à notre demande pour cet article. Sur son site internet et celui de la Fédération portugaise de football, on peut voir qu’en 2020 les deux organisations ont lancé une campagne intitulée “Je joue pour les droits de l’homme”. Bien que cette démarche ne se limite pas au Qatar, l’ONG rappelle et souligne l’importance de la libre circulation dans son manifeste “Malheureusement, nous avons l’exemple des travailleurs migrants chargés de construire les nouveaux stades de football au Qatar qui se sont vu refuser leur passeport sans pouvoir rendre visite à leur famille ni quitter le pays.” Si l’on ne retrouve pas les photos des joueurs ou les déclarations de sa star Cristiano Ronaldo avec les équipes d’Amnesty, on constate que la Fédération portugaise de football a assuré “pour la défense des droits humains, des personnes LGBTQI+ et de la liberté des médias”, à la suite d’une visite au Qatar d’un groupe de travail de l’UEFA dont elle fait partie.

See also  Football. Savez-vous quels joueurs professionnels en France portent le numéro 88 ?

Pologne, Croatie, Serbie : aucun engagement de la part des fédérations de football

Malgré nos demandes de renseignements, nous n’avons reçu aucune réponse d’Amnesty Pologne à ce sujet. Il n’y a pas de campagne de ce type sur le site Internet de l’ONG en Pologne ou sur ses réseaux sociaux, et il n’y a pas non plus de communiqué de presse connexe sur le site Internet de l’Union de football. VérifierActualités n’a identifié aucun contact d’Amnesty pour la Croatie, finaliste de la dernière Coupe du monde, et pour la Serbie. A notre connaissance, vos associations de football n’ont pas publié de communiqué de presse traitant de la question du respect des droits de l’homme au Qatar.

Norvège et Finlande : bonnes relations avec les ONG

Ces deux pays qui ont échoué aux phases éliminatoires font partie de ceux qui ont entretenu de bonnes relations avec Amnesty et fait des efforts, notamment en arborant des t-shirts honorant les droits de l’homme.

Conclusion

Sur les treize équipes européennes (Angleterre, Allemagne, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, France, Pays-Bas, Pays de Galles, Portugal, Pologne, Serbie et Suisse) qui se sont qualifiées pour la Coupe du Monde de la FIFA au Qatar, seuls les Allemands et les Belges qualifiés ont effectivement admis comme un joueur grâce à une rencontre avec l’amnistie consciente. De telles rencontres sont prévues aux Pays-Bas et au Danemark, tandis que la FA anglaise a choisi d’alerter les joueurs sur le sort des travailleurs étrangers au Qatar sans passer par l’ONG. Ainsi, s’il est inexact de dire que la France est l’un des rares pays à ne pas avoir répondu positivement aux sollicitations d’Amnesty, la fédération française a indéniablement été jusqu’ici l’une des plus poussives sur la question.