L’Espagne donne une leçon de football au Costa Rica

By | November 24, 2022

Publié le :

Pour se qualifier pour la Coupe du monde 2022, l’Espagne a largement battu le Costa Rica mercredi (7-0) à Doha. Les Costariciens ont rapidement sombré contre la possession de La Roja, qui a su concrétiser leurs temps forts.

Après la défaite surprise de l’Allemagne face au Japon (1-2) mercredi 23 novembre, l’Espagne avait l’opportunité, en cas de victoire, de prendre trois points d’avance sur l’équipe pour ce premier match de la Coupe du monde 2022. Et La Roja s’est bien imposée sur les longues distances (7-0) contre le Costa Rica au stade Al Thumama de Doha.

L’Espagne débute la rencontre dans un 4-3-3 classique contre le Costa Rica groupé en 5-4-1. La Roja a commencé le match avec l’habituel jeu de possession cher à l’entraîneur Luis Enrique. Les Espagnols bien placés se sont rapidement créé une menace : Olmo, lancé par Pedri derrière la défense costaricienne, a raté son tir croisé face à Navas (5e minute).e). Premier avertissement avant destination Costa Rica. Quelques minutes plus tard, Pedri sert à nouveau Asensio à l’entrée de la surface de réparation adverse, une frappe qui effleure le poteau du gardien costaricien (9e). Deuxième avertissement.

La troisième chance est la bonne : dans un une-deux avec Gavi, Olmo arrive dans la surface de réparation depuis le Costa Rica et bat Navas d’un petit piqué subtil (1-0, 12e minute).e). Au fait, il écrit les 100e Le but de l’Espagne lors d’une Coupe du monde. Le Costa Rica a lutté pour sa survie au début du match, ne parvenant pas à se frayer un chemin dans la moitié de terrain espagnole. La Roja, en revanche, maîtrisait son sujet et inscrivait en conséquence le deuxième but : après un centre millimétré d’Alba dans la surface de réparation costaricienne, Asensio récupérait victorieusement le ballon d’un tir croisé bas (2-0, 21e minute).e).

L’Espagne semble en mouvement pour ce premier match de la Coupe du monde 2022, alors que le Costa Rica souffre du jeu adverse depuis une demi-heure. Avec cette percée d’Alba, il gratte à nouveau sur la fin et concède un penalty transformé par Torres (3-0, 31e minute).e). Le match prend alors des allures de correction, et le Costa Rica rate son coup franc, une rare pénétration de la surface espagnole (33e).e). Même s’ils tentent de construire une action, les Costaricains ne parviennent pas à créer le danger dans le camp adverse (39e minute).e). L’Espagne, quant à elle, renversait la vapeur et gérait son avance en fin de première mi-temps. Asensio est tout près d’élever le but avant de rentrer dans les vestiaires mais il rate son tir (45e).e+5).

Un score qui devient une correction

Avec trois buts d’avance, les Espagnols sont assis sur un fauteuil en cette seconde mi-temps. Mais ils ne se reposent pas sur leurs lauriers, à l’image d’Asensio qui décoche une frappe au-dessus du but de Navas (48e).e). Le ballon bas de Torres fait aussi trembler la défense costaricaine (52e). Et l’occasion suivante se présente : Torres dribble dans la surface de réparation adverse, s’interpose entre deux défenseurs et pousse le ballon sous le ventre de Navas (4-0, 54e minute).e).

L’essentiel est assuré pour La Roja et Luis Enrique fait tourner son effectif, remplaçant Torres et Pedri (57e-5e).e) de Soler et Morata. Morata veut aussi aller au but, mais son coup passe à côté du cadre de Navas (63e). L’entraîneur espagnol, toujours dans la logique de la conservation de ses éléments vitaux, fait sortir Busquets et Alba pour Koke et Balde (64e minute).e), puis Asensio pour Williams (69e). Le Costa Rica souffre impuissant du scénario du jeu, laissant la porte ouverte à de nouveaux buts de son adversaire.

Alors que nous entrons dans les vingt dernières minutes du temps réglementaire, il semble que la partie soit déjà terminée : l’Espagne a effectué ses cinq remplacements, compte quatre buts d’avance et le Costa Rica ne parvient pas à se créer d’occasions, souffrant toujours du jeu de possession de ses adversaires (84 % Possession pour La Roja pour plus d’une heure de jeu).

Et ce qui devait arriver est arrivé : l’Espagne donne encore plus de marge au tableau d’affichage sur une percée de Balde, puis Morata décale et centre à Gavi, qui marque le cinquième but d’un extérieur droit qui fait le poteau de retour (5-0, 74 ‘).e). Morata rate son sixième but (81e), mais a finalement été déclaré hors-jeu.

Les dernières minutes de la partie se sont déroulées sur un mauvais rythme, l’Espagne en a profité pour améliorer sa possession (plus de 87% en fin de partie)… et son goal average. Centre de Williams contré par Navas, Soler apparaît dans l’axe et inscrit le sixième but juste à côté du poteau (6-0, 90e minute).e). Le Costa Rica est un abonné absent. Il a même encaissé un septième but, cette fois après un but vainqueur de Morata (7-0, 90e minute).e + 2). L’arbitre siffle finalement la fin du match, probablement une libération pour le Costa Rica.

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :

See also  Stade Toulousain. Quand Sofiane Guitoune est dithyrambique... au Toulouse Football Club