Notre intestin, 2e cerveau au cœur de notre santé métabolique et mentale

By | October 17, 2022

Après avoir exploré le flexitarisme, l’impact du genre et du numérique dans l’alimentation, mais aussi les paradoxes de la consommation, Charal a décidé de prendre la parole l’intestin, ce deuxième cerveau, lors de son dernier MeatLab. De nombreuses questions tournent autour de ce sujet : Quelles interactions peut-il y avoir entre nos intestins et notre cerveau ? Y a-t-il un capitaine à bord, une sorte de rapport de force entre les deux ? Quel rôle joue notre intestin ?e cerveau dans notre équilibre et notre bien-être ?

Si on interroge les français, le terme intestin est utilisé comme 2e le cerveau n’est pas évident.

C’est ce que montre l’étude OpinionWay / Charal.

Un peu plus de 6 Français sur 10 déclarent avoir entendu dire que leur intestin est leur deuxième cerveau… Sans avoir une idée très précise de ce que l’on entend par ce terme :

  • 40% des français ne savent pas pourquoi on l’appelle le 2e Cerveau
  • 13% disent qu’il reflète nos émotions (priorité aux émotions négatives)

Pourtant, le lien entre alimentation et confort digestif est bien connu des Français : Ce que je mange affecte la façon dont mon estomac réagit.

  • Plus d’1 Français sur 2 déclare souffrir régulièrement de problèmes intestinaux.
  • Selon eux, plusieurs facteurs garantissent un bon confort intestinal : bonne alimentation (86%), une bonne hydratation (69%), un bon sommeil (69%) et une bonne santé (63%).

Le lien entre confort digestif et psychisme est assez clair sur le papier, mais pas forcément maîtrisé quand on rentre dans le détail :

  • 88% des Français pensent que les problèmes intestinaux peuvent affecter leur état émotionnel. Inversement, c’est la même chose… Un état émotionnel négatif, comme le stress, affecte le confort digestif pour 58% des Français.
  • Pourtant, les Français ignorent l’importance de consacrer du temps aux repas : 71% des Français mangent en faisant une autre activité !
See also  Après les excès de l'été, nos conseils nutritionnels pour une rentrée sportive

Pour terminer, Le lien entre la nourriture et le psychisme n’est vraiment pas évident pour une grande partie des Français.

  • Si la majorité des Français pensent que leur alimentation influence leur état émotionnel (81%), près de 20 % estiment que cela n’a aucun impact.
  • en termes de nourriture, si tu veux faire du bien à la fois à ta tête et à ton corps, On trouve aussi des féculents, des légumes et des yaourts viande rouge passant aux aliments préférés.

Nos intestins, ces 2e Le cerveau et notre cerveau sont étroitement liés

L’intestin en a un Système nerveux, appelé système nerveux entérique. Il comprend environ 1 milliard de neurones (sur 10 milliards au total), ou 10% des neurones du corps. Ces 2 cerveaux communiquent constamment. 80% sont des neurones intestinaux attachés ensemble ça veut dire que tu envoyer des informations au cerveau et 20% sont efférents cela signifie queVous obtenez des informations du cerveau.

En comparaison, Les yeux sont 1 million de neurones. Goûts et odeurs, 50 000 neurones.

L’intestin est si important que Flora s’y est installée microbes intestinaux et a maintenant le statut d’organe.

Selon Isabelle Descamps, diététicienne et nutritionniste

Lorsque l’intestin est mal nourri ou stressé, ses cellules s’affaiblissent. Il absorbe moins bien les nutriments et les cellules s’écartent, laissant passer les toxines et autres envahisseurs. C’est comme ça qu’on les appelle leaky gut, ou perméabilité intestinale, responsable d’un grand nombre de maladies, dont les maladies auto-immunes et l’inflammation.

Cela a été mis en évidence : Notre cerveau et nos intestins sont inextricablement liés. Les vraies connexions entre nos 2 cerveaux sont celles le système nerveux pour la partie chimique (nerf vague, neurotransmetteur…), et aussi mangerpour la partie rationnelle et émotionnelle.

See also  technologie alimentaire Le Maolac israélien produit du "lait maternel" pour les adultes. - Vallée d'Israël

De la vraie nourriture pour un intestin (et un cerveau) sain

Pour favoriser une meilleure assimilation des nutriments, améliorer la santé de notre microbiote et donc l’axe intestin-cerveauC’est important, retour aux sources avec de la vraie nourriture.

Les experts entendent par là : Diversifiez votre assiette avec toutes les familles alimentairesmais aussi Consommer des aliments crus et non transformés qui ont tenu le leur matrice nutritionnelle.

Une étude a montré que Manger 25 fruits et légumes différents par semaine pendant 6 semaines augmente la diversité du microbiote de 30% !

Selon Gilles Mithieux, directeur de recherche au CNRS – Neurobiologiste : « Une alimentation variée est très bénéfique pour le microbiote : laDes populations de bactéries diversifiées peuvent alors se développer. »

Même si, comme beaucoup de patients obèses, nous avons un microbiote peu diversifié, il ne faut pas désespérer : Ces microbiotes ont la capacité de convertir des fibres ou des protéines en éléments positifs pour la santé et cela se produit très rapidement : des études montrent que le microbiote peut changer dans les 3/4 heures après avoir mangé un repas sain.

Les fibres alimentaires et les protéines jouent un rôle important

Les végétaux sont indispensables par leur apport en fibres pour nourrir notre microbiote, notamment avec les prébiotiques. Mais aussi la glutamine, que l’on retrouve dans la viande comme le bouillon d’os, est l’autre substrat nutritif des cellules intestinales, qui permet de maintenir la perméabilité intestinale et le renouvellement cellulaire.

sur la morale, “La littérature est très claire, les régimes riches en fibres et en protéines ont des effets anti-stress et anti-anxiété, dépend du glucose produit dans l’intestin », explique Gilles Mithieux.

See also  la deuxième saison de la série vidéo de Fine Dining Lovers et Massimo Bottura

Il y a donc un lien entre la nourriture et les émotions.

En général, cela a été démontré chez les animaux : Il existe un lien extrêmement fort entre une alimentation riche en graisses et en sucre et les symptômes d’anxiété et de dépression.

2. Cerveau

Manger intuitivement, être bien dans sa tête et dans son corps ?

Les Français ne font aucun lien entre l’état de stress et leur système intestinal. Cependant, certaines expressions parlent d’elles-mêmes : « avoir une boule au ventre » ou « ne pas digérer telle ou telle situation ».

Céline André, sophrologue

Les experts sont d’accord le rôle essentiel de la pleine conscience.

En effet, pour Céline André : ” Manger conscient permet de retrouver des sensations entre sa tête et ses intestins 2e Cerveau. Il est donc indispensable à nos 2 cerveaux car il peut en être la cause des effets positifs très puissants sur notre santé et notre bien-être ».

Si on regarde DME, Child-Led Diversification, on observe que si on met beaucoup de nourriture sur la table, l’enfant est à l’écoute de ses besoins jusqu’à l’âge de 7 ans. À ce stade, la tête et le corps ne sont pas coupés.

Après tout, nous avons tous un microbiote différent et nous ne devons pas tous manger la même chose.

Soulignons donc la nécessité s’écouter, manger la conscience tranquille et évidemment redonner au plaisir sa juste place avec des plats de qualité et variés.

Crédit photo : #323618743 – ©sdecoret – stock.adobe.com

🥝 Partagez nos articles avec #CultureNutrition

cahier de tendances nutrikéo