“On est là pour jouer au foot”, répond Guendouzi Oudéa-Castera sur le brassard

By | November 24, 2022

Mattéo Guendouzi, présent en conférence de presse au Qatar ce jeudi, en a profité pour répondre à Amélie Oudéa-Castera. La ministre des Sports a appelé les Bleus à montrer leur “engagement pour les droits de l’homme” lors de la Coupe du monde 2022.

L’image représentait les fantômes. Avant leur match contre le Japon, les joueurs de l’équipe nationale allemande se sont tus pour la photo d’équipe lors de la Coupe du monde 2022 mardi – un geste fort en réponse à la décision de la Fifa d’interdire le port du brassard arc-en-ciel au Qatar. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera a appelé les Bleus à “s’exprimer” et à “faire passer leurs messages” pendant la compétition.

Interrogé à ce sujet, Mattéo Guendouzi lui a répondu en conférence de presse ce jeudi. “C’est une politicienne. Elle dit ce qu’elle veut”, a déclaré le milieu de terrain français. Nous avons fait un communiqué de presse avec les joueurs pour exprimer notre ressenti face à cette situation. Maintenant, nous sommes ici pour jouer au football. Pour être honnête, il y a eu beaucoup de débats à ce sujet, mais nous sommes ici pour jouer au football et nous amuser sur le terrain. “

See also  Clément Chantôme, capitaine du C'Chartres Football : "Je suis un leader pour mes partenaires"

“Ces valeurs ont aussi le blues”

La semaine dernière, les joueurs de Didier Deschamps ont publié une lettre commune de soutien aux ONG œuvrant pour la protection des droits de l’homme. Une initiative saluée par Oudéa-Castera, qui espère que les champions du monde se repositionneront lors de la compétition du Moyen-Orient. “Nous avons encore des semaines devant nous pendant lesquelles ils pourront s’exprimer librement, utiliser ces libertés pour faire passer leurs messages”, a déclaré mercredi le ministre sur la chaîne Public du Sénat. Vous avez aussi ces valeurs. Ils appartiennent à un pays qui les défend et il est important qu’ils soient ses représentants. »

“Je crois que la décision de la Fifa d’interdire ce brassard d’amour n’est pas encore terminée”, a-t-elle ajouté. Aurais-je souhaité qu’il y ait une pièce pleine de liberté? La réponse est définitivement oui. Existe-t-il encore des espaces de liberté où notre équipe française peut continuer à exprimer son engagement en faveur des droits de l’homme ? La réponse est oui. Les Allemands le montrent. Je pense que tout va continuer.

See also  Football. De Guingamp à la Virginie Occidentale, l'aventure américaine de Malo Blondeau