Oxyane construit son usine de trituration de soja à La Côte-Saint-André

By | September 23, 2022

La future usine de trituration Oxyane pour la production de tourteaux de soja sera construite à La Côte-Saint-André d’ici fin 2023.

De la production de semences à la production de tourteau de soja, c’est toute la filière de cette légumineuse que la coopérative Oxyane va gérer à partir de 2023.
En effet, l’entreprise installera un broyeur de soya sur son site de La Côte-Saint-André, entre le silo et l’usine d’aliments ADN. D’une capacité de 25 000 tonnes de semences, elle pourra ainsi produire 18 000 tonnes de tourteaux non OGM en agriculture biologique ou conventionnelle.
Il entrera en production à partir de l’hiver 2023/24 et emploiera une dizaine de personnes.
Le processus de fabrication consiste à presser et cuire les graines de soja sans utiliser de solvants pour les transformer en farine.


Le soja stocké sur place est fourni en fonction des besoins de broyage. A l’issue de la conversion, une partie du flux sera destinée à la production d’aliments composés par l’usine d’ADN, l’autre partie sera vendue directement aux éleveurs comme matière première.
“C’est une plante avec un potentiel de consommation et de production de graines”, précise Grégory Pinçon, directeur de l’activité élevage de la coopérative Oxyane et de ses filiales.
L’investissement de plus de 5 millions d’euros a bénéficié du plan de relance, du soutien du Feader, de la région et du département de l’Isère.

See also  Le marché des tests de durée de conservation des aliments a été analysé par taille, part, demande, défis, opportunités et principaux acteurs – Androidfun.com

usines en France

La France reste dépendante à plus de 90% (1) Importations de soja, dont la plupart sont des variétés OGM. La dépendance aux repas sans OGM est de 80 %.
“En revanche, si la France produisait du soja jusque dans les années 90, elle n’avait pas d’outils pour transformer les graines, explique Grégory Pinçon. Ces dernières années, l’intérêt a encore augmenté car il y a des points de vente. »
Des usines de broyage, réalisées par des acteurs privés ou des coopératives, ont récemment vu le jour là où les conditions pédoclimatiques permettent la culture du soja, la plante a sensiblement les mêmes besoins que le maïs.

10 ans de recherche

La construction de l’usine de la Côte-Saint-André est le fruit de dix années de recherche. Le secteur se lance dans la production de semences avec du sperme de première qualité (2) qui est un acteur important de la multiplication, explique le directeur de l’élevage d’Oxyane. L’enjeu est de connaître les variétés, leurs caractéristiques génétiques et d’adapter nos recommandations variétales. »
Le top catalogue propose 32 variétés en agriculture biologique ou conventionnelle.
Oxyane et auparavant La Dauphinoise mènent également depuis 10 ans des essais avec des graines de soja destinées à la production de tourteaux de pression.
Le repas lui-même a suivi le même processus pour être réinventé, qualifié et standardisé. Cette phase de recherche et développement a été réalisée avec le soutien du centre d’élevage de Poisy, de la laiterie PEP et dans les élevages.

See also  Le Nigeria interdit l'utilisation de mannequins étrangers dans la publicité

Une conjoncture favorable

La question des coûts de production et des rémunérations était au cœur de la réflexion stratégique. Le futur outil doit couvrir ses coûts. Le but de la coopérative n’est pas de faire du profit, mais d’offrir des repas de qualité à un prix compétitif.
Pour ce faire, l’usine doit être exploitée à 100 % de sa capacité industrielle. Aujourd’hui, une tonne de soja OGM se négocie 640 euros sur le marché mondial et 800 euros en soja non OGM.
« Nous avons bénéficié de conditions économiques favorables, conclut Grégory Pinçon. Nous menons ce projet depuis plusieurs années, où nous avons confirmé les attentes des éleveurs, mais aussi que la valeur nutritionnelle des tourteaux donne de très bons résultats techniques en élevage. Ce projet s’inscrit dans la stratégie d’Oxyane de produire ce dont nous avons besoin. Il y avait un besoin industriel d’avoir suffisamment de gâteaux. De plus, cette production locale présente un intérêt écologique puisque la farine produite en Rhône-Alpes émet trois fois moins de gaz à effet de serre qu’un plat importé. Enfin, Oxyane a bénéficié du plan de redressement pour soutenir son investissement. »
Ce projet majeur pour la coopérative Oxyane devrait apporter des opportunités à valeur ajoutée dans la région et établir l’industrie du soja pour les années à venir.

See also  Hyperthyroïdie et prise de poids : quelles sont les solutions ?

Isabelle Doucet

(1) Académie agricole 2021
(2) Association de 11 coopératives agricoles (dont Oxyane) et Invivo, à La Bâtie-Rolland (26)