Pet food : entre hausse des prix et baisse de la production

By | November 21, 2022

Guerre en Ukraine, hausse des prix de l’énergie, grippe aviaire, peste porcine, pénuries… les dix fléaux d’Égypte semblent avoir frappé un marché des aliments pour animaux de compagnie en proie à une fragilité croissante. A tel point qu’il faut parfois attendre plusieurs jours avant de réapprovisionner les rayons des magasins en croquettes et autres pâtisseries, nous informent Les Échos.

Un marché de la viande sous pression

La production de viande décline presque partout dans le monde en raison de la propagation de la peste porcine en Europe, mais surtout de la propagation alarmante de la grippe aviaire en France. Ceci est très problématique dans une industrie des aliments pour animaux de compagnie dont l’alimentation est composée à 90% de protéines animales.

Cette pénurie croissante est d’autant plus perceptible qu’un ménage sur deux possède un animal de compagnie, pour un marché en France estimé à 4 milliards d’euros. Les 40 usines présentes en France sont concernées par ces difficultés d’approvisionnement en viande, qu’elles soient détenues par des géants de l’agroalimentaire comme Mars (Royal Canin, Sheba, Whiskas, etc.) et Nestlé (Purina, Felix, Friskies…) ou de plus petites entreprises.

Ces usines, sourcées à 90 % en Europe, dont 49 % en France, sont obligées d’aller chercher ces matières premières animales beaucoup plus loin, ce qui fait grimper les coûts.

Biocarburants, céréales, emballages : inflation générale…

L’industrie des aliments pour animaux de compagnie a récemment fait face à un nouveau concurrent : les biocarburants, qui utilisent de plus en plus de graisses animales. Comme l’explique aux Echos le directeur d’une PME bretonne de croquettes premium : « Nous utilisons de la graisse animale pour enrober les croquettes. Cependant, ces matières grasses présentent un intérêt croissant pour la filière des biocarburants. En deux ans, leur prix a triplé. “.

See also  Diarrhée : 03 aliments pour soulager ce mal chez l'adulte

Le secteur est également confronté à la hausse des prix des céréales, ajoutant de nouvelles difficultés à un marché déjà tendu. Il en va de même pour les emballages, dont les délais de livraison ont doublé, poussant certains fabricants à s’approvisionner pour ne pas être en retard.

Comme tous les Français, face à la hausse des prix de l’énergie, certains constructeurs sont contraints de revoir leurs plannings et de privilégier la production dans les mois où les prix sont les plus bas.

L’association professionnelle dénonce donc une inflation des coûts sans précédent, qui oscille entre 30 et 50 % depuis un an et demi.

…en ce qui concerne les propriétaires

Le résultat de toutes ces augmentations se répercute directement sur les prix affichés en magasin. Alors que les prix des biens de consommation ont augmenté de plus de 9% en un an, pour l’alimentation animale, l’augmentation est de 13,26 %.

Si vous osez encore expérimenter et changer de marque de croquettes, sachez que même les produits d’entrée de gamme explosent, avec une hausse de 27% pour les premiers prix. Tant que vous avez le choix sur les étagères.