Sécurité Alimentaire : Un projet lancé pour améliorer la compétitivité des PME au Sahel

By | September 22, 2022

Le 22 septembre 2022, la FAO a lancé le projet « Renforcement des normes de sécurité alimentaire pour améliorer la compétitivité des PME au Sahel ». Le projet de trois ans est financé par la Banque africaine de développement et mis en œuvre au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal. Son objectif est de contribuer à une amélioration significative des normes de qualité en matière de sécurité alimentaire dans les PME et de faciliter la coopération entre les PME pour diffuser les bonnes pratiques.

Les petites et moyennes entreprises agroalimentaires rurales jouent un rôle important dans la sécurité alimentaire et le développement économique. Ils produisent 80 % de la consommation alimentaire et approvisionnent 96 % des filières locales. Cependant, nous notons que ces PME ont des difficultés à accéder aux marchés internationaux étant donné qu’une grande partie de leurs produits ne répondent pas aux normes internationales. La faible exportation de leurs produits ne leur permet pas d’exploiter les opportunités des marchés internationaux.

De plus, une mauvaise alimentation cause 91 millions de maladies et 137 000 décès en Afrique chaque année. Le projet, à travers ses activités, veut donc permettre non seulement à la population d’avoir accès à des produits sains, mais aussi aux PME d’introduire des normes plus exigeantes pour la qualité de leurs produits afin d’être plus compétitives sur le marché et à l’international.

Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso
See also  Gaspillage alimentaire : le Luxembourg est conscient du problème, mais il reste une marge de progression importante

Au terme du projet, trois principaux résultats sont attendus. Le premier concerne le respect accru des normes nationales et internationales de sécurité sanitaire des aliments, le second l’augmentation du volume des échanges agroalimentaires sur les marchés régionaux. Le troisième résultat attendu est le renforcement du système national de contrôle alimentaire.

Selon Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso, le projet vise à permettre d’améliorer significativement les normes de qualité et de sécurité alimentaire, notamment dans les PME dirigées par des femmes et des jeunes, pour profiter de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) et l’expansion du commerce agricole entre les pays africains. Et cela signifie renforcer la capacité des PME à comprendre et à se conformer aux contrôles alimentaires réglementaires, et à renforcer les systèmes de contrôle alimentaire tout au long des chaînes de valeur des produits les plus commercialisés.

Abdoulaye Tall, ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises.
See also  Farinart : Grains aux saveurs locales

Selon le ministre du Développement industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises Abdoulaye Tall, de meilleurs systèmes de contrôle alimentaire inciteront les PME à adopter des normes plus élevées pour leurs produits. Cela devrait leur permettre de promouvoir et de commercialiser des produits hygiéniques et de haute qualité sur les marchés locaux, régionaux et internationaux. “Cela stimulera leur compétitivité, stimulera le commerce et la génération de revenus, maintiendra l’approvisionnement en aliments sûrs et de qualité, tout en restaurant la confiance des consommateurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire”, a-t-il ajouté.

Daniel Ndoye, responsable pays de la BAD au Burkina Faso

Le projet « Renforcement des normes de sécurité alimentaire pour améliorer la compétitivité des PME au Sahel » est financé par la Banque Africaine de Développement à hauteur d’un peu plus de 780 millions de FCFA. Un financement qui, selon Daniel Ndoye, Country Manager de la BAD au Burkina Faso, explique l’importance que son institution attache à la sécurité alimentaire. « L’une des priorités de la BAD est de nourrir l’Afrique, non seulement en travaillant à l’amélioration de la sécurité alimentaire, mais aussi pour faire de l’Afrique un exportateur net de denrées alimentaires. De ce point de vue, nous pensons que les PME ont un rôle essentiel à jouer », souligne-t-il.

See also  Comment gérer une chambre froide ?

Armelle Ouédraogo/Yameogo

Lefaso.net