Tacle, passe cruciale, CSC… On a suivi le débat entre Ciotti, Pradié et Retailleau

By | November 22, 2022

Une lutte pour le leadership de la droite. Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau sont candidats à la présidence des Républicains. A une quinzaine de jours du congrès du parti, les trois hommes ont débattu pendant près de deux heures sur le plateau de LCI lundi soir. Préférez-vous regarder le monde du football plutôt que l’émission politique ? Ne vous inquiétez pas, nous vous ferons un récapitulatif de la soirée (sans trop vous éloigner du ballon rond).

Le geste technique surprenant : Pradié et les pompiers

Traditionnellement, au début des débats télévisés, chaque candidat disposait d’une poignée de minutes pour se présenter. Bruno Retailleau a insisté sur la nécessité de “rassembler sa famille politique sur une ligne claire”, Eric Ciotti a déclaré aux membres de LR qu’il était enfin temps “d’oser la bonne chose”. Très classique. Mais Aurélien Pradié a publié une séquence technique plus surprenante. “Je suis le plus jeune, mais je suis aussi le seul à avoir été maire. Des trois candidats, je suis aussi le seul qui était… pompier volontaire. De cette expérience j’ai appris le courage et le sens du collectif, cette volonté de faire les choses ensemble, au-delà des clivages qui ont tant coûté à la justice”, a glissé le député Lot. Personne ne s’y attendait. Attrayant.

See also  Test du four encastrable Electrolux SteamCrisp série 700 EOC6P50X : il a tout pour plaire

Le dur duel : Macron se plaint de l’immigration

Si l’échange était courtois, le débat s’est intensifié lorsque les trois candidats ont été interrogés sur les 234 migrants de l’Ocean Viking et sur la politique migratoire du gouvernement. Eric Ciotti a envoyé le premier duel au président de la République, à hauteur de genoux. « Dans ce cas, Bérézina ou Waterloo, appelez ça comme vous voulez, mais en tout cas c’est Italie 1 et France 0. Meloni a été courageux et efficace. [la dirigeante italienne a refusé d’accueillir les migrants]M. Macron a été lâche et impuissant […] Hollande et Macron c’est pareil ! « Attaques d’Aurélien Pradié et Bruno Retailleau. “Ocean Vikings est le signe de la négligence migratoire d’Emmanuel Macron”, a déclaré le chef des sénateurs LR.

Désalignement : Pradié recule

Jusque-là, les trois candidats s’étaient mis d’accord sur presque tout, mais la défense LR s’est effondrée sur la réforme des pensions de direction, qui sera débattue au parlement en début d’année prochaine. “Si la réforme est ce que nous avons toujours voulu, il n’y a aucune raison pour que je ne vote pas pour elle”, a lancé Bruno Retailleau. Même position pour Eric Ciotti. « Nous avons un devoir de responsabilité, pas de chaos. S’il sauve le système de retraite et protège les retraités d’aujourd’hui et de demain, je voterai pour lui.”

See also  #IFA2022 : tado Libra ouvre la voie à la transition énergétique

Mais Aurélien Pradié n’était pas du tout dans la lignée de ses pairs. « Je ne négligerai pas Emmanuel Macron dans la réforme des retraites. A l’heure où l’on veut clarifier nos positions, il est peut-être temps de ne pas lui servir la soupe”, a déclaré le député, suggérant même qu’une motion de censure soit déposée si le gouvernement donne un 49,3 sur la question utilisée.

Le but contre son camp : Retailleau coule Sarkozy

On ne pouvait pas passer une soirée à droite sans évoquer Nicolas Sarkozy. Bruno Retailleau n’a pas été tendre avec l’ancien président de la République. « Nous devons accepter une rupture avec notre passé. Si environ 10 millions d’électeurs nous ont quittés, ce n’est pas parce qu’ils nous ont mal compris, mais parce que nous n’avons pas toujours eu le courage de poursuivre nos ambitions”, a déclaré l’ancien bras droit de François Fillon. Un CSC (but contre son camp) qui n’a pas plu à Eric Ciotti. “J’entends les critiques. Les différences [avec lui], je les accepte. Mais le dernier à nous mener à la victoire est toujours Nicolas Sarkozy, j’ai tremblé avec lui. Je ne veux pas non plus qu’on efface notre histoire, qu’on soit de droite dans le wokisme politique”, a répondu le député de Nice, provoquant un sourire forcé de son coéquipier.

See also  Anna Mouglalis dévoile les livres qui ont façonné sa vie

La passe décisive : le caviar Ciotti pour Laurent Wauquiez

A quelques secondes de la fin du match, Eric Ciotti a envoyé un joli caviar à Laurent Wauquiez pour la présidentielle de 2027. « Il faut supprimer les primaires et je veux qu’il se présente parce que je pense que c’est le meilleur. Il ne faut pas hésiter.” Aurélien Pradié a également désigné le chef de la région Auvergne-Rhône-Alpes comme candidat possible de la droite, mais du bout des lèvres. “C’est lui qui se prépare le mieux, mais il faut lui laisser le temps de reparler aux Français.” Bruno Retailleau, lui, s’est montré plus réticent, provoquant un vote des militants pour départager les futurs candidats.