Tesla a-t-il créé une mode dangereuse dans nos voitures ?

By | September 12, 2022

Les écrans tactiles XXL qui concentrent trop de fonctions peuvent dangereusement distraire le conducteur.

Dans la liste de ce qui distingue une Tesla, il y a l’écran tactile. Bien sûr, la société américaine n’était pas la première à proposer ce type de technologie dans une voiture. Mais depuis son premier véhicule de série, la Model S, elle est durement touchée dans ce domaine. En 2012, la grande berline était équipée d’un écran de 17 pouces. À l’époque, l’écran moyen pour le GPS était plus proche de 7 pouces !

Un équipement que l’on retrouvait donc dans la Model 3. Si pour eux l’écran ne fait “que” 15 pouces, il reste nettement plus grand que ce que propose la concurrence. Tesla a même osé retirer l’instrumentation derrière le volant. Sur ce point, Tesla n’a pas été beaucoup suivi.

En revanche, Tesla a largement contribué à la démocratisation de l’écran tactile XXL. Avec une conséquence : la disparition des boutons physiques des différentes fonctions de la voiture. Avec l’ère du tactile, Porsche a également mis fin à son sacro-saint « une fonction = un bouton » !

Rien ne vaut le bouton classique

Le souci est que cette mode pose des problèmes de sécurité. Vous avez probablement déjà remarqué que votre voiture est entièrement tactile. Vous avez peut-être eu peur en vous perdant dans un panneau de commande de climatisation.

Le magazine suédois Vi Bilägare s’est penché sur le sujet lors d’un test avec onze véhicules équipés d’un écran tactile. Le conducteur devait effectuer un certain nombre de tâches, comme allumer la radio et trouver une station précise, activer les sièges chauffants, augmenter la température de la climatisation de deux degrés, lancer le dégivrage…

See also  "Par manque de personnel" - JHM

Le point de comparaison était une Volvo 2005 qui n’avait pas d’écran tactile. Avec cela, la liste des manipulations a été complétée en 10 secondes. Avec la Tesla Model 3, c’était 23,5 secondes, soit plus du double. Cependant, la berline américaine n’est pas la pire de toutes. Il a fallu 25,7 secondes dans la Volkswagen ID.3 et 29,3 secondes dans la Seat Leon. En revanche, l’utilisation de la nouvelle Volvo C40 Recharge a pris 13,7 secondes, preuve que le tactile peut être bien géré lorsqu’il est bien pensé et soutenu par les boutons physiques nécessaires.

lire aussi
Crash test Euro NCAP : la Tesla Model Y et les voitures chinoises convainquent

Carton rouge pour la MG Marvel R

Pourtant, Tesla peut vraiment avoir un impact négatif lorsque les marques essaient de le copier pour offrir à leurs clients une expérience similaire, ce qui est de plus en plus courant dans les véhicules électriques, car le grand écran véhicule l’image futuriste que nous attendons de ce type de voiture . Dans la très technoïde BMW iX, le temps de test était de 30 secondes.

Si l’on voit une logique de surenchère dans les entreprises du luxe, par exemple avec le Mercedes Hyperscreen, le phénomène touche aussi des marques plus accessibles. Dans son nouveau modèle électrique “haut de gamme”, le Marvel R, MG a installé un écran XXL vertical, similaire à celui de l’ancienne Model S. Avec ce modèle, le processus de test Vi Bilägare a duré 44,9 secondes ! De plus, la disposition de l’écran oblige le conducteur à incliner beaucoup la tête pour voir une fonctionnalité qui se trouverait en bas. Une telle ergonomie représente un réel danger pour le conducteur, puisque ce temps de recherche est le temps de ne pas regarder la route.

See also  Le sens de la pause

Les marques ne doivent pas abandonner le toucher, qui présente à la fois des avantages en termes de design et de coût. Mais vous devez bien réfléchir à l’utilisation des menus. Afin d’améliorer la sécurité routière, il est également nécessaire de garder les fonctions essentielles sous contrôle physique et d’y accéder rapidement.

Entraînez-vous avant de prendre la route

Car Tesla peut aussi être un mauvais exemple sur ce point. Si le Model 3 s’est plutôt bien comporté par rapport aux autres modèles de l’évaluation suédoise, le test s’est concentré sur les opérations courantes où le toucher est presque automatique. Mais sur la petite Tesla, le bouchon est poussé très loin, puisque même changer la vitesse des essuie-glaces nécessite de passer par le pare-brise. L’Américain a ainsi été épinglé dans une autre épreuve par l’organisme suisse TCS.

Il a également évalué le risque d’inattention lors de l’utilisation des fonctions liées aux phares, aux essuie-glaces, à la climatisation et au GPS. Le Model 3 avait un score global de 34%, contre 72% pour un autre 3, celui de Mazda. Si la Model 3 a obtenu des notes élevées pour la partie navigation, elle a obtenu une très mauvaise note pour les feux et les essuie-glaces. Fait amusant : même avec un bouton physique, la Model 3 plantait. Aucun des testeurs (ils ne connaissaient pas le modèle) n’a trouvé la fonction d’avertissement, qui se situe au niveau du plafonnier, avec un élément de commande intégré dans la masse.

See also  Un nouveau trio de montres féminines

Bien sûr, tout fonctionne si un véhicule a été correctement présenté à son futur conducteur. La commande vocale est également un excellent moyen de garder les mains sur le volant. Et pour les fonctions à l’écran, de nombreux conducteurs la trouveront confortable et évidente après une période d’adaptation.

lire aussi
Voiture électrique : les crash-tests sont-ils nécessaires pour protéger la batterie ?