Une eau potable non conforme pour 5% des habitants d’Occitanie

By | September 23, 2022

La Régie régionale de la santé indique que 5 % de la population de la région consomme de l’eau potable « non conforme » de façon occasionnelle ou constante. En cause : la présence de métabolites, résidus décomposés de pesticides.

En France, 20 % des habitants des métropoles, soit 12 millions de personnes, ont bu l’an dernier une eau du robinet non conforme. Ou de moindre qualité qu’ailleurs sur le territoire car contaminés par des pesticides ou des résidus de pesticides. Ils étaient moins de 6 % en 2020, ont révélé nos confrères du Monde dans leur édition du 21 septembre et de France 2 dans l’émission Complément d’Enquête diffusée jeudi soir. En région Occitanie, 5,11% de la population serait concernée par une eau “non conforme au regard des pesticides et de leurs métabolites recherchés”, soit environ 300.000 personnes. Une action fournie par l’Agence régionale de santé (ARS) que L’Indépendant a sollicitée ce vendredi. L’ARS a ajouté que la contamination était préoccupante “72 réseaux de distribution sur les 3 800 réseaux desservis par 4 700 zones de chalandise”.

300 000 personnes touchées dans tous les départements

Les treize départements de la Grande Région sont régulièrement ou épisodiquement exposés à ces phénomènes de contamination. “Oui, le phénomène s’observe dans tous les départements, mais avec des différences, veut clarifier l’ARS. Il existe des différences selon les départements et cela dépend aussi de la qualité ou de l’historique des réseaux de distribution d’eau potable..
Nos confrères de Midi Libre évoquent des exemples de communes touchées dans le Gard, à Meynes, où la présence d’un herbicide utilisé en viticulture a été détectée dans l’eau ; et à Laroux, au nord de l’Hérault, où des résidus d’un dérivé d’hydrocarbure ont été découverts en juin et juillet. Dans le département de l’Aude, deux hameaux seraient concernés par des seuils trop élevés (voir aussi encadré ci-dessous). Les zones rurales et de montagne seraient plus touchées par le phénomène.

See also  La France à deux vitesses par Emmanuel Macron

Contamination par les pesticides

L’origine de ces contaminants est bien connue, ce sont des pesticides et précisément les métabolites des pesticides, de nouvelles molécules issues de la dégradation des pesticides eux-mêmes. “Comme les variantes”, explique l’ARS, qui ne cache pas son origine : les pratiques agricoles. Des pratiques agricoles qui varient d’une région de France à l’autre et d’un département à l’autre. “Dans le nord du pays ce seront les navets, par exemple, ici par exemple la vigne”confirme l’Agence d’Occitanie.

Quels risques sanitaires ?

Le département de la santé de l’État le souligne « 280 molécules de pesticides et métabolites sont recherchées dans les bilans de santé » et c’est tout à cause de “très grande variété de métabolites”, Difficile de fixer des seuils. « Nous appliquons les directives de la direction générale de la santé, qui s’adaptent en permanence aux évolutions scientifiques. (la dernière liste de molécules a été publiée dans la note de l’éditeur de juillet) et on multiplie les bilans de santé”insiste pour que l’Agence d’Occitanie puisse, si nécessaire, demander à un opérateur de “couper” l’alimentation en eau potable d’un secteur; « par arrêté préfectoral ou municipal ». En revanche, l’ARS ne fournit aucun argument scientifique pour indiquer un risque sanitaire lié ou non à ces métabolites. Mais pour Julie Mendret de Montpellier, docteure en Génie de l’Environnement, interviewée par Midi Libre, “La concentration de ces résidus dans l’eau du robinet est disproportionnée par rapport aux concentrations trouvées directement dans les aliments non biologiques.”

La liste des pesticides recherchés peut être consultée ici
La liste des résultats des contrôles en Occitanie ici

See also  comment augmenter cette bonne graisse pour stimuler le métabolisme
Enquêtes en cours dans deux hameaux de l’Aude
L’agence régionale de santé Occitanie a annoncé hier soir avoir lancé des enquêtes sur deux hameaux de l’Aude évoqués dans l’émission Complément d’Enquête de France 2, diffusée jeudi soir. Il s’agit du hameau de Creuille, dépendant de la commune de Termes ; et le hameau de Fraissinède du Val-de-Dagne. « Les services de l’ARS sont mobilisés pour accompagner les élus concernés afin de mettre en œuvre des solutions aux non-conformités détectées, explique l’agence. Ces enquêtes en cours feront l’objet d’une future mise à jour.