WeDressFair donne accès à une mode plus éthique et respectueuse de l’environnement

By | September 15, 2022

“Vous ne payez pas seulement pour le produit que vous achetez, vous payez également pour l’entreprise derrière”, explique Marie Nguyen, co-fondatrice de WeDressFair. “Nous ne voulions pas prendre en charge un système que nous ne voulions pas.” Marie Nguyen et Antoine Coulaud ne viennent pas du monde de la mode. De plus, ils n’aiment pas particulièrement faire du shopping. Mais un jour, ils se rendent compte qu’au final, bien manger, c’est vraiment facile.

Les alternatives sont multiples : bio, viticulteurs, Amap. Cependant, en ce qui concerne notre deuxième poste de dépenses, l’habillement, les choses sont différentes. “Nous avons constaté qu’il y avait beaucoup d’entreprises qui se portaient bien mais qu’elles étaient beaucoup moins connues que les géants du textile car elles investissaient la marge qu’elles faisaient dans la recherche de nouvelles matières premières, dans le recyclage et dans la durabilité réinvestie, les salaires des ouvriers, au lieu du marketing et de la communication”.

Marie et Antoine décident de proposer une alternative crédible aux consommateurs qui veulent consommer mieux dans la mode, veulent des vêtements de qualité qui polluent moins la planète, qui respectent les personnes qui travaillent sur les chaînes de production et qui sont agréables à porter au quotidien. Vous avez lancé WeDressFair en 2018.

See also  Tourisme : Mode d'emploi pour visiter Paris en deux ou trois jours

Preuve demandée par les marques

“Nous avons mis en place une charte avec deux critères, un critère social et un critère environnemental”, précise Marie Nguyen. Dans un premier temps, la marque est invitée à répondre à un questionnaire pour vérifier si les critères minimaux sont remplis. « Mais on ne s’arrête pas là, c’est encore déclaratif. Nous continuons. Des dossiers sont ouverts et les marques sont invitées à télécharger toutes les preuves des informations qu’elles fournissent, factures, contrats, étiquettes. Il permettra de tracer ces produits et de savoir dans quelles conditions de fabrication ils ont été conçus.

Et les marques jouent le jeu : “Celles que nous référençons et celles que nous recherchons sont des marques qui respectent notre charte de valeurs et s’engagent à donner cette transparence au consommateur.” Elles sont classées sur le site par pays de fabrication. WeDressFair s’appuie sur les travaux de la Confédération syndicale internationale, qui classe les pays en 5 catégories en fonction du risque de conformité au droit du travail. Dans tous les pays plus risqués que la France, des labels forts et des audits sociaux sont exigés. La traçabilité est requise pour les pays présentant des risques similaires ou inférieurs. “Les marques doivent signer une charte éthique et une attestation qu’elles connaissent bien les usines avec lesquelles elles travaillent et qu’elles les visiteront une fois par an.”

See also  En quête d'innovation - art de vivre - société

Une solution à l’urgence climatique maintenant

En termes de critères environnementaux, 75 % de l’ensemble des collections d’une marque doivent être réalisées dans des matériaux respectueux de l’environnement. Un produit est considéré comme respectueux de l’environnement s’il est composé à plus de 90% de matériaux entrant dans sa composition finale. “Offrir au consommateur aujourd’hui une vraie alternative crédible, une solution immédiate à une urgence climatique et sociale, et non mettre en avant des marques qui proposent des initiatives de long terme”, précise Marie Nguyen.

Des campagnes de sensibilisation sur les meilleurs biens de consommation sont également organisées. Par exemple, lors de la vente, le consommateur est invité à choisir sa remise dans une fourchette prédéfinie. « Nous voulons permettre aux gens de réfléchir à leur consommation et de ne pas faire d’achats impulsifs, qui sont l’une des principales causes de pollution dans l’industrie textile aujourd’hui, car nous consommons trop et avons trop de vêtements sur la planète. Elle entre dans ce questionnement supplémentaire. en ai-je besoin aujourd’hui Et si oui, que puis-je faire pour soutenir le commerce responsable et donner accès à une mode équitable à tous les consommateurs qui n’en ont pas les moyens ? »

See also  Sheryl Lee Ralph a eu une urgence mode avant les Emmys 2022

WeDressFair propose également sur son site des culottes, boxers et chaussettes suspendus à 3€ l’unité qui accompagnent l’alimentation d’un chaton, permettant de s’approvisionner auprès de marques partenaires. Les produits sont redistribués une fois par mois via le Samu social. WeDressFair c’est aussi une boutique à Lyon.